Le PPS prend ses distances avec le PJD

Le PPS prend ses distances avec le PJD

Le parti du livre annonce son retrait de la majorité gouvernementale

Le parti a vu plusieurs de ses ministres débarqués dans la foulée des rapports de la Cour des comptes concernant le projet Al Hoceima. De même, ses deux ministres dans le gouvernement actuel auraient été sur le départ.

Le Parti du progrès et du socialisme (PPS) divorce avec son allié le PJD (Parti de la justice et du développement). En effet, le bureau politique du parti du livre a officialisé sa décision à l’issue de sa dernière réunion concernant le retrait de la coalition gouvernementale. Ainsi, le parti semble prendre ses distances avec le parti de la lampe après une alliance qui aura duré quelques années. Il faut dire que le retrait du parti du livre était prévisible en raison des couacs répétés durant les dernières années.

Le parti a vu plusieurs de ses ministres débarqués dans la foulée des rapports de la Cour des comptes concernant le projet Al Hoceima. De même, ses deux ministres dans le gouvernement actuel auraient été sur le départ en raison de leurs bilans respectifs. Après cette année, des questions commencent à se poser concernant la gestion actuelle du PPS. La longévité de l’actuel secrétaire général Mohamed Nabil Benabdellah à la tête du parti ainsi que ses résultats dans les dernières élections sont des sujets parmi d’autres évoqués par les observateurs et analystes politiques. Pour rappel, le PPS n’a pas pu atteindre le seuil de 20 députés à l’issue des dernières élections législatives pour aspirer à la formation d’un groupe parlementaire.

A la deuxième Chambre parlementaires, le parti ne compte que trois membres dans son groupement. A noter que le bureau politique du Parti du progrès et du socialisme qui a pris sa décision a décidé mardi dernier, à l’unanimité, de se retirer du gouvernement, avait annoncé par la même occasion son intention de soumettre sa décision pour approbation au comité central du parti qui doit se réunir vendredi. Il faut préciser que le parti du livre n’a jamais quitté le gouvernement depuis sa participation à l’expérience de l’alternance dans le cadre du gouvernement de Abderrahmane El Youssoufi à la fin des années 90 du siècle dernier.

Depuis cette date, cette formation de gauche, anciennement communiste, a été de toutes les expériences et équipes gouvernementales. Reste à connaître aujourd’hui l’impact de cette décision sur les rangs du parti. Dans ce sens, la réunion convoquée du comité central le vendredi prochain pourrait connaître un débat long pour demander à la direction actuelle du parti des comptes. A noter enfin que la majorité actuelle discute d’un nouveau remaniement qui doit déboucher sur une nouvelle architecture du gouvernement avec un cabinet plus restreint. On sait désormais que ce remaniement se fera sans le PPS suite à la décision de ce dernier de rompre son alliance qui dure depuis les dernières élections législatives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *