Le SG de l’UC dévoile le programme électoral de son parti: Une «charte» de 100 mesures pour le parti du cheval

Le SG de l’UC dévoile le programme électoral de son parti: Une «charte» de 100 mesures pour le parti du cheval

A 18 jours des législatives, les partis politiques continuent de dévoiler leurs programmes électoraux au fur et mesure que l’échéance électorale s’approche. Dans ce sens, l’Union Constitutionnelle (UC) a présenté à Casablanca sa «plate-forme électorale».

Le secrétaire général du Parti, Mohamed Sajid, ne cache pas son ambition de «renouer avec l’exercice de la responsabilité gouvernementale après 18 ans dans l’opposition». Le SG critique les programmes de certains partis qui présentent des chiffres incompréhensibles pour le citoyen lambda. M. Sajid affirme que «le citoyen dans le besoin se demande ce que le taux d’inflation pourra lui apporter au quotidien».

Il donne pour exemple la promesse d’un taux de croissance à 6% mise en avant par certains partis lesquels promettaient déjà un taux à 7% dans la campagne électorale de 2011. Des promesses non tenues selon ses dires et qui «contribuent à la désaffection des Marocains envers la politique». En réponse aux questions des journalistes sur le terme «Tahakoum», M. Sajid a affirmé que «là n’est pas l’essentiel, les slogans ou les termes sont futiles, le plus important quand on a des responsabilités c’est de se mettre au travail et prendre les responsabilités avec sérieux. Quand on est un responsable politique, en principe on ne doit pas se livrer à ce genre de futilités, on regrette vraiment que cela se passe ainsi».   Lors de sa conférence de presse, le parti a mis en avant sa volonté de gagner la confiance des électeurs. Pour cette raison l’UC a élaboré une plate-forme électorale, présentée comme «le fruit de 18 mois de travail» selon la direction du parti. Cette plate-forme a été élaborée sur la base des recommandations du «think tank» du parti et des rencontres et séminaires organisés dans cet objectif.

Une charte de 100 mesures et un appel à l’union

l’Union Constitutionnelle a donc soumis au public sa plate-forme électorale qui s’appuie sur deux axes. Le premier se base sur une charte de 100 mesures pour ce que la direction du parti appelle un «Maroc gagnant». Le second axe est une feuille de route appelée «Agenda 16-21» consacrée «à la lutte contre le chômage des jeunes de 15 à 25 ans».

Pour mettre en application ces deux piliers, l’UC compte sur «l’ensemble des potentialités et des ressources vertueuses du peuple marocain». Le parti appelle ainsi à «l’union et la restauration de la notion du bien commun» ajoutant qu’«aucun programme, aucune vision ne peuvent être déployés dans un climat de division et de suspicion».

Le don de soi pour le bien de tous

Le parti a mis l’accent sur sa conviction ultime «à croire en la population marocaine, dans toutes ses composantes, sa pluralité et sa richesse». Ainsi le secrétaire général du parti invite les citoyens à poser «un regard de champion sur chacun de nous et ensemble nous réussirons. Il faut que chacun de nous donne le meilleur de lui-même pour le bien de tous, c’est ça l’esprit #lkhirlifik que nous avons décidé d’adopter comme slogan à notre campagne des législatives 2016».

Cette présentation du programme a été précédée d’une campagne sur les réseaux sociaux. Selon le parti elle a mobilisé «plus de 30.000 internautes. #lkhirlifik invite chaque citoyen à croire en lui et dans son pays, à prendre son destin en main et à devenir acteur de la vie de sa cité».

L’engagement du parti

Le SG de l’UC et les membres du parti présents on signé une charte en guise d’engagement devant l’opinion publique. Cette charte s’articule autour de la redynamisation «de la croissance économique pour accroître le pouvoir d’achat du citoyen, ainsi que prendre à bras-le-corps l’urgence sociale, redonner de l’espoir et de la dignité aux Marocains, et repositionner le rôle de l’Etat dans le sens d’une démocratie participative et inclusive» et enfin «activer une réforme de la gouvernance, dans le cadre de la régionalisation avancée, pour renforcer l’élan de décentralisation et de déconcentration des pouvoirs aux territoires».

L’Agenda 16-21 axé sur l’emploi

Dix propositions- «chocs» pour vaincre le chômage des jeunes, c’est ainsi que se décline l’agenda en question. L’UC propose «un portail national de l’emploi», accompagné par des mesures telles que l’élaboration d’un contrat «premier emploi», la réglementation des stages, contrats d’apprentissage et en alternance, programmes d’accompagnement spécifiques à travers une école de la 2ème chance, et enfin, réforme de l’Anapec.

Leila Ouchagour

(Journaliste stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *