Les parlementaires veulent plus de «décence» dans l’hémicycle

Les parlementaires veulent plus de «décence» dans l’hémicycle

Les jupes et les robes seront-elles définitivement bannies du Parlement ? En tout cas, la révision du code vestimentaire dans l’enceinte du Parlement figure en bonne place parmi les recommandations de la journée d’étude organisée par les deux Chambres parlementaires pour la réforme des règlements intérieurs des députés et des conseillers.

Les parlementaires auraient ainsi insisté au cours de la journée d’étude sur la nécessité de respecter le «dress code» adéquat pour accéder à l’enceinte du Parlement. Le règlement intérieur en vigueur actuellement pour la Chambre des représentants prévoit un seul alinéa concernant l’aspect vestimentaire avec des termes très génériques. «Les parlementaires doivent s’engager à porter des vêtements en harmonie avec le respect dû au Parlement», lit-on dans le premier alinéa de l’article 240 du règlement intérieur. Le hic, c’est que les dispositions de l’article en question concernent prioritairement les parlementaires eux-mêmes. Or, toutes les polémiques nées ces dernières années concernant l’aspect vestimentaire ont concerné des visiteurs du Parlement.

La dernière polémique en date a concerné l’ancien ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, Lahbib Choubani. Ce dernier aurait ainsi reproché à une journaliste le port d’une tenue vestimentaire «inappropriée pour l’institution». Un comportement qui a fait scandale au moment des faits. Alors que le ministre avait été soutenu par de nombreux responsables et parlementaires essentiellement issus de son parti, le PJD (Parti de la justice et du développement), d’autres partis politiques et organisations ont dénoncé le comportement de l’ex ministre. Il y a quelques années, c’est une autre figure du PJD, Mustapha Ramid, devenu aujourd’hui ministre de la justice et des libertés, qui a été à l’origine d’une polémique similaire. Ramid était à l’époque député du PJD. Au cours d’une séance hebdomadaire de questions orales, le président du groupe parlementaire du parti de la lampe à l’époque a demandé l’expulsion d’une camera-woman couvrant les travaux de la séance en raison de son aspect vestimentaire.

Le chantier de la réforme des règlements intérieurs des deux Chambres parlementaires est une occasion pour revoir les dispositions encadrant le code vestimentaire à l’enceinte du Parlement. Reste à savoir si les dispositions du règlement intérieur seront élargies pour couvrir également les visiteurs du Parlement. Il faut préciser, par ailleurs, que cette demande est loin de faire l’unanimité au sein du Parlement. Si les parlementaires du parti de la lampe sont pour l’introduction de changements sur ce sujet, d’autres forces progressistes voient d’un mauvais œil cette demande.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *