Les Sans appartenance politique sont souvent politisés et jouent un rôle dans les alliances

Les Sans appartenance politique sont souvent politisés et jouent un rôle dans les alliances

Les SAP (Sans appartenance politique) seront présents dans les prochaines régionales et communales. Bien que le nombre de leurs candidatures soit moins important par rapport aux candidatures partisanes, ils peuvent se révéler une force non négligeable à l’issue du scrutin. «Les candidats sans appartenance politique peuvent jouer un rôle très important au cours de la phase de constitution des alliances partisanes ainsi que de la formation de bureaux dans les communes et régions. C’est d’autant plus vrai que les résultats des SAP dans un scrutin peuvent être relativement importants», explique Abderrahim Manar Sellimi, universitaire.

Les Sans appartenance politique et syndicale peuvent même se tailler la part du lion dans un scrutin. Les dernières élections des représentants des fonctionnaires et des salariés sont un exemple des plus éloquents en la matière. Mais les élections communales et régionales programmées le 4 septembre représentent une certaine particularité qui concerne notamment la nature même des candidatures SAP dans ce scrutin. Si certains candidats décident d’y plonger sans passer par un parti, de nombreux SAP sont en fait des partisans d’une formation politique. «Il ne faut pas se leurrer. Les candidats sans une réelle appartenance politique sont plutôt rares. Car lorsqu’un candidat se présente aux élections sans aucune étiquette politique, cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’est pas partisan d’un camp politique ou un autre», ajoute Sellimi.

Pour ce dernier, on n’est pas automatiquement candidat sans appartenance politique et on ne le restera pas toujours. C’est d’autant plus vrai que les paramètres déterminants pour de nombreux candidats sans appartenance politique n’ont rien à voir avec des choix politiques et encore moins pour des convictions idéologiques. Il faut préciser que pour les prochaines élections communales, quelque 1.232 candidats sans appartenance politique sont en lice selon les statistiques publiées par le ministère de l’intérieur. Dans les listes régionales, le ministère annonce 23 candidatures.

Des chiffres moins importants certes en comparaison avec les candidatures présentées par les grandes forces politiques, mais les SAP sont nettement plus nombreux que les candidats de plusieurs partis politiques pour les prochaines échéances électorales. Reste à savoir si les Sans appartenance politique réussiront à convaincre les électeurs le jour du scrutin. Au cours des élections communales de 2009, à peine 72 candidats SAP ont été élus. Après les élections, les SAP gardent la possibilité de migrer pour une formation politique donnée. «Ce sont généralement les négociations qui ont lieu entre les deux parties qui peuvent déterminer la destination d’un élu qui décide de troquer l’habit d’un Sans appartenance politique pour une casquette partisane», conclut Abderrahim Manar Sellemi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *