Les ténors politiques en position de force à Tanger

Les ténors politiques en position de force à Tanger

La campagne électorale communale et régionale, qui en est à sa deuxième semaine, semble trouver son rythme de croisière à Tanger. Ayant tous les yeux rivés sur les présidences des deux conseils communal et régional, les partis politiques continuent d’y miser sur les grandes figures de la scène politique locale.
Bénéficiant aussi bien de leur longue expérience politique que de leur popularité parmi les Tangérois, ces ténors politiques sont à l’origine d’une rude compétition.

Ils se présentent en position de force face aux nouveaux visages parmi les candidats au prochain scrutin. Considérée comme la circonscription de la mort, Mghogha semble être gagnée par l’effervescence électorale et ce, sous l’effet de la candidature des grands noms politiques tels que le PAMiste et le président sortant du conseil communal, Fouad El Omari et le secrétaire régional du Parti de la justice et du développement, Mohamed Al Bachir Abdelaoui (PJD) qui s’y présentent, tous les deux, comme têtes de liste de leurs formations politiques respectives.

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) n’est pas en reste du fait qu’il est représenté par la députée et la première vice-présidente du maire sortant, Saïda Chakir, comme tête de liste au sein de cette circonscription. Ayant été parmi les grandes figures du RNI au niveau local, le président sortant de l’arrondissement Mghogha, Abdelaziz Benazzouz, a choisi d’entrer dans cette bataille électorale en tant que SAP (Sans appartenance politique). Il est considéré comme l’un des candidats favoris de cette circonscription grâce au grand appui d’Abdenabi Moro, son ancien compagnon RNIste, qui vient de quitter, comme lui, le parti de la colombe. 

Concernant la circonscription Béni Makada, le PAM y est présent en force grâce au président sortant de l’arrondissement (Béni Makada), Mohamed Hamami, qui constitue un candidat coriace pour ses principaux rivaux, tels que Mohamed Khiyi, député parlementaire et secrétaire préfectoral du parti de la lampe ou le RNIste Hassan Bouhriz, fils du président régional et coordinateur provincial du RNI, Mohamed Bouhriz (candidat aux régionales dans la préfecture Tanger-Asilah).

Alors que l’Union constitutionnelle (UC) mise beaucoup sur la circonscription de Souani à travers la candidature d’Abdelhamid Aberchane, président  sortant du conseil préfectoral de Tanger-Asilah et actuel président de l’Ittihad Ryadi de football de Tanger, qui fait partie parmi les grands favoris tels que Ahmed Gharabi (PJD) et Rédouane Zine (PAM).

Représentant la quatrième et dernière circonscription de la ville (Tanger-Médina), les autres ténors de la scène politique locale, tels que le président sortant de l’arrondissement (Tanger-Médina), le député parlementaire, Mohamed Zemmouri (UC), l’ancien militant associatif et conseiller communal Mohamed Afkir (PJD) l’ancien parlementaire Mohamed Akbib (PAM), ainsi que Younès Cherkaoui du RNI semblent tenir le bon bout, leur permettant de larguer leurs rivaux, dont les nouveaux et jeunes candidats au scrutin du 4 septembre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *