L’Istiqlal s’apprête à un retour aux sources

L’Istiqlal s’apprête à un retour aux sources

Lancés il y a plus de deux mois, les résultats de la consultation des partisans de l’Istiqlal ont été publiés récemment dans une tri-bune du parti. Dans cette perspective, il semble bien que les revendications des militants tracent un retour aux idées fondatrices du parti de la balance en cher-chant ainsi à rétablir son positionnement sur l’échi-quier politique du pays. Dans un contexte marqué à la fois par une tension sans précédent aux ins-tances dirigeantes du parti et par les spéculations laissant entendre d’éven-tuelles candidatures pour remplacer Hamid Chabat, l’actuel secrétaire général du parti, les conclusions de cette consultation viennent à point nommé pour donner la parole aux militants.

Les résultats de la plate-forme participative initiée par Nizar Baraka ont recensé donc les avis des sympathisants de l’Istiqlal qui souhaitent rendre son rayonnement, sortir de l’image négative et du flou qui règnent actuellement. Pour répondre à ces ques-tions, le parti de la balance a enregistré la participation de 1.008 militants et mili-tantes représentant 64 provinces à l’échelle des 12 régions du Maroc et appar-tenant aux différentes structures organisation-nelles du parti, y compris la jeunesse istiqlalienne. Ainsi, les principaux points retenus de cette consulta-tion participative appellent à la nécessité de donner la priorité au dialogue et au consensus pour 64,1% des partisans interrogés sur les valeurs du projet istiqlalien. Dans le même sens, 56,1% des sympathisants indiquent vouloir mettre en avant la promotion du vivre-ensemble.

Par ail-leurs, la réflexion et l’ijtihad dans la recherche de solu-tions et d’alternatives ont retenu l’intérêt de 55,5% des participants. Quant à l’identité du parti historique, les partisans ont misé sur la dimension démocratique à plus de 84%, l’égalitarisme à 68% et l’attachement aux finalités de l’Islam qui a comptabilisé 43,9% des interrogés. Les participants à cette consultation ont à 47,1% appuyé le fait que les alliances à l’échelle nationale entre partis s’effectuent sur la base des programmes, suivies des alliances basées sur le capital national et démocratique commun avec 19,1% des participants. En troisième position, les militants estiment à 17,4% que le rapprochement idéo-logique est un critère pour effectuer des alliances entre partis. Par ailleurs, ces alliances peuvent également se tisser entre formations politiques sur la base des résultats des élections pour 16,4% des sympathisants.

Pour améliorer l’image du parti auprès du citoyen, les militants appellent au res-pect des engagements, à la moralisation de l’accès aux responsabilités, à l’encadre-ment du citoyen et l’action de proximité et à la concor-dance entre les positions du parti avec ses valeurs. D’autres problématiques sont également évoquées par les conclusions de cette consultation participative qui donnent la priorité à la lutte contre la corruption, la distribution équitable des richesses et du ren-forcement de la confiance ou encore la restauration de la confiance entre le citoyen et le parti. Mise à rude épreuve, l’élection d’un nouveau secrétaire général ou la reconduction de Hamid Chabat à la tête de l’Istiqlal sera effectuée lors du 17ème congrès du parti, qui se tiendra du 29 septembre au 1er octobre prochains. Très attendu, cet évènement sera décisif pour l’avenir du parti de la balance alors que les guerres intestines conti-nuent de plus belle.

Leila Ouchagour

Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *