Minurso : Un nouveau rapport de Ban Ki-moon

Minurso : Un nouveau rapport de Ban Ki-moon

Les membres du Conseil de sécurité vont examiner l’évolution des négociations entre le Maroc et l’ONU

La présidence japonaise parle uniquement de consultations entre les membres du Conseil sur la question mais pas d’une réunion spéciale. Cela dit, des sources non officielles évoquent la possibilité d’une réunion du Conseil de sécurité vers le 26 juillet. D’ici là, les tractations vont se poursuivre.

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, transmettra un nouveau rapport sur le Sahara au Conseil de sécurité. L’annonce du nouveau rapport a été faite par le représentant permanent du Japon, Koro Bessho, dont le pays préside le Conseil de sécurité durant tout le mois de juillet. Lors de la présentation du programme de travail du Conseil de sécurité durant le mois en cours, l’ambassadeur japonais a fait savoir que les membres du Conseil vont examiner l’évolution de la mission onusienne au Sahara marocain.

«Le Conseil de sécurité devrait examiner, dans le cadre de consultations, l’évolution de la Minurso», a affirmé Bessho au cours de sa conférence de presse ajoutant que le Conseil attendait un rapport du secrétaire général en ce début du mois. A ce stade donc, la présidence japonaise parle uniquement de consultations entre les membres du Conseil sur la question mais pas d’une réunion spéciale. Cela dit, des sources non officielles évoquent la possibilité d’une réunion du Conseil de sécurité vers le 26 juillet.

D’ici là, les tractations vont se poursuivre. L’agence de presse espagnole EFE avait révélé l’existence de négociations entre le Maroc et une délégation dépêchée par l’ONU à Laayoune conduite par l’ancien envoyé personnel de Ban Ki-moon au Yémen, le Marocain Jamal Benomar. Rien n’a filtré de ces négociations via les canaux officiels mais il semble que le Maroc ait proposé un retour partiel des membres de la composante civile de la Minurso. En effet, le Maroc avait déclaré la composante civile de la mission onusienne dans le Sahara comme indésirable en protestation contre les agissements du secrétaire général de l’ONU lors d’une visite dans la région. Ki-moon avait à l’époque tenu des propos loin de la neutralité supposé des responsables onusiens qualifiant le Maroc de «force d’occupation». Au total, 79 fonctionnaires civils de la Minurso ont dû quitter leurs postes dans les provinces du Sud marocain.

Au cours de sa réunion annuelle au mois d’avril dernier sur la question du Sahara, le Conseil de sécurité avait prorogé le mandat de la Minurso en demandant le retour des membres de la composante civile de la Minurso au Maroc.

Un délai de trois mois a été fixé pour négocier les modalités de ce retour entre le Royaume et l’ONU. Si le délai expire ce mois, aucune information sur un accord entre les deux parties n’a été pour l’heure, annoncée. Il faut dire que le nouveau rapport du secrétaire général des Nations Unies est très attendu. Le document doit renseigner sur les négociations de Laâyoune entre les deux parties.

A noter enfin que le Conseil de sécurité vient d’élire de nouveaux membres non permanents. Il s’agit de la Bolivie, de l’Éthiopie, du Kazakhstan et de la Suède pour leur élection comme membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, pour une durée de deux ans à partir du 1er janvier 2017.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *