Mohamed Daidaa: «Nous nous attendons à l’ouverture d’une session extraordinaire»

Mohamed Daidaa: «Nous nous attendons à l’ouverture d’une session extraordinaire»

ALM : Quelle évaluation faites-vous de la session parlementaire clôturée aujourd’hui ?
 

Mohamed Daidaa : Je pense que la session parlementaire d’automne que nous allons clôturer ce mardi n’atteint pas les aspirations, notamment des forces de l’opposition, sur le plan législatif et celui de contrôle de l’action gouvernementale. Il est vrai qu’un effort a été consenti à travers l’adoption d’un certain nombre de projets de loi, mais encore une fois le bilan reste en deçà des attentes.
 
L’année 2015 sera une année d’élections. Votre Chambre doit jouer un rôle important. Les projets de loi électoraux vous ont-ils été déjà transmis ?

Bien qu’ils aient été déjà adoptés en Conseil des ministres et en Conseil de gouvernement, les projets de lois organiques relatifs aux régions, aux communes ainsi que les provinces et préfectures n’ont pas encore été transférés au Parlement et plus précisément à la deuxième Chambre. D’ailleurs, nous nous attendons à l’ouverture d’une session parlementaire extraordinaire dans les prochaines semaines dans l’objectif de lancer l’examen de ces projets de lois déterminants pour les prochaines échéances électorales. Bien évidemment, la session extraordinaire aura un ordre du jour bien déterminé. Cela dit, la décision et la date de l’ouverture de ladite session reviennent au chef de gouvernement.

La première Chambre a tenu deux séances mensuelles sur la politique générale avec le chef de gouvernement alors que la vôtre a été reportée. Cela fait pencher la balance en faveur de la première Chambre n’est-ce pas ?

La Chambre des conseillers a aussi bien rempli sa mission sur le plan des séances mensuelles. Nous en avons tenu plusieurs au cours de cette session parlementaire d’automne. Il est vrai que la dernière séance mensuelle a été reportée alors qu’elle était programmée initialement en janvier. Le report est intervenu en raison des changements intégrés à l’ordre du jour de la séance. Je tiens à préciser qu’une nouvelle date a été fixée. La Chambre des conseillers accueillera ainsi le chef de gouvernement le 15 avril prochain. Nous attendons juste l’accord final de M. Benkirane.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *