octobre 21, 2018

 

ONU : Le Maroc en force à New York

ONU : Le Maroc en force à New York

Nasser Bourita multiplie les rencontres avec les diplomates étrangers

«Beaucoup reste à faire pour atteindre la paix en Afrique, mais nous disposons toutefois des potentialités et des atouts nécessaires pour hisser notre continent au rang des plus grands sur la scène internationale».

La diplomatie marocaine mène une activité intense à New York en marge de l’Assemblée générale de l’ONU (Organisation des Nations Unies). Dans ce sens, le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a pris part à un débat ministériel du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine, sous le thème «L’état de la paix et de la sécurité sur le continent et les mesures prises pour promouvoir des solutions africaines aux problèmes africains». L’événement organisé à New York a notamment été marqué par l’intervention du chef de la diplomatie marocaine. «Le Maroc, intimement convaincu que le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine a les capacités requises pour contribuer effectivement au règlement des multiples défis sécuritaires de plus en plus complexes auxquels fait face l’Afrique aujourd’hui, appelle à une réforme effective de ce Conseil pour atteindre la paix en Afrique», a-t-il souligné. Et de poursuivre : «Pour transformer en acte ce potentiel et favoriser l’émergence d’un Conseil fort et efficace lui permettant de concevoir une architecture organisationnelle dotée de plus de souplesse et de flexibilité, et de promouvoir une nouvelle gouvernance des questions de paix et de sécurité, il est impératif de procéder à une réforme effective du CPS, pilier principal de l’architecture africaine de paix et de sécurité qui détient des éléments importants de réponse aux facteurs d’instabilité dans le continent africain». Tout en évoquant le rapport du président du Rwanda, Paul Kagame, qui a préconisé une réforme complète du CPS, à travers une révision des membres de l’organe, un renforcement des méthodes de travail et un rôle plus grand des Etats membres, devant avoir le leadership dans la gouvernance de cet organe, Bourita a fait savoir que «le diagnostic de la situation sécuritaire dans notre continent ne souffre d’aucune ambiguïté.

Malgré les progrès réalisés, beaucoup reste à faire pour atteindre la paix en Afrique, mais nous disposons toutefois des potentialités et des atouts nécessaires pour hisser notre continent au rang des plus grands sur la scène internationale». Par ailleurs, M. Nasser Bourita s’est entretenu à New York avec le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, en marge des travaux de la 73è session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Il a notamment affirmé que cette entrevue s’inscrit dans le cadre des contacts réguliers avec le président de la Commission de l’UA, précisant que la rencontre avait porté essentiellement sur quatre sujets, à savoir la migration dans le contexte de la Présidence par Sa Majesté le Roi Mohammed VI de la stratégie africaine pour la migration et le développement.

Ce n’est pas tout. Le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale a également eu des entretiens avec le président de l’Etat de Palestine, Mahmoud Abbas, qui a salué les positions constantes de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur de la cause palestinienne. M. Abbas a indiqué avoir chargé M. Bourita de transmettre un message d’appréciation et de reconnaissance à Sa Majesté le Roi, «un grand leader, fidèle à la politique de Son père et de Son grand père en ce qui concerne la cause palestinienne». «C’est bien là la démarche de Sa Majesté, du gouvernement et du peuple marocains qui se tiennent toujours aux côtés de la cause palestinienne», a-t-il ajouté, se disant certain que «les Palestiniens trouveront toujours le peuple marocain à leurs côtés».

Lutte anti-drogue : Le Maroc présent à une conférence présidée par Trump

Le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita, a participé au siège de l’ONU à New York à une conférence présidée par le président américain Donald Trump sur la lutte anti-drogue dans le monde intitulée: «Global call to action on the world drug problem». Le Maroc est le seul pays maghrébin à avoir été sollicité par le président Trump afin de co-organiser cette réunion de haut niveau marquée par la participation du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, ainsi que de chefs d’Etat et  de gouvernement, et de chefs de délégation prenant part aux travaux de la 73ème session de l’Assemblée générale de l’ONU.

A cette occasion, le Royaume a cosigné la Déclaration «Global call to action on the world drug problem» qui réaffirme l’engagement effectif des pays signataires de faire face au fléau de la drogue sur la scène mondiale, et ce conformément au droit international y compris les objectifs et principes de la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’Homme, dans le plein respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des nations. Le document reconnaît également que le fléau de la drogue représente des défis en constante mutation avec notamment l’émergence du fléau des drogues synthétiques que le concert des Nations entend adresser et contrer à travers une approche globale et scientifique.

Message royal au «Sommet de la paix Nelson Mandela»

La position du regretté Nelson Mandela en faveur de la préservation de la souveraineté nationale lui conférait le statut d’apôtre de la paix et de la compréhension entre les nations loin des vicissitudes, aléas, calculs et clivages malsains, a affirmé SM le Roi Mohammed VI dans un message adressé au «Sommet de la paix Nelson Mandela», qui s’est tenu à New York, pour marquer le centenaire de la naissance de «cette immense personnalité», qui fait partie de «ces hommes universels au destin local, national, continental et international».

«Aux sirènes du séparatisme et de toute forme d’instabilité, Mandela opposait l’unité, conscient que l’essor de notre continent passe par l’intégrité territoriale des Etats qui le composent», a souligné le Souverain dans ce message dont lecture a été donnée par le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita. Pour Sa Majesté le Roi, Madiba, qui incarnait indéniablement un modèle de sagesse que ses successeurs devraient perpétuer, «nous a montré que le dialogue et la négociation doivent être poursuivis sans relâche – quelle que soit la profondeur des divisions ou des mésententes». «Entre 1960 et 1962, il résida au Maroc où il put bénéficier de l’offre militante et du soutien du Royaume dans sa lutte légitime. Ce soutien multiforme et continu durant les années de lutte du mouvement national sud-africain se déclina par une formation des militants de l’ANC dans la région d’Oujda, l’aide et le soutien logistique et militaire à l’ANC, en appui aux activités diplomatiques menées par le Mouvement de Nelson Mandela à l’international», a dit le Souverain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *