octobre 24, 2018

 

PAM : Un conseil national décisif

PAM : Un conseil national décisif

L’actuel secrétaire général a confirmé sa démission

Le secrétaire général fait l’objet de critiques de plus en plus virulentes concernant sa gestion du parti. C’est probablement l’une des raisons qui l’ont conduit à confirmer sa décision de quitter la direction même si des sources ayant préféré garder l’anonymat avancent des raisons de santé pour expliquer ce départ.

Les regards vont se tourner le 26 mai vers le Parti authenticité et modernité (PAM). Et pour cause. Les membres du «parlement» du PAM devraient au cours de cette session extraordinaire choisir un nouveau numéro un après la confirmation du départ de l’actuel secrétaire général du parti. En effet, Ilyas El Omari vient de confirmer son départ aux membres de la commission chargée de préparer la prochaine session extraordinaire du conseil national.

Cette fois-ci sera-t-elle la bonne? En effet, la démission du secrétaire général avait été officialisée il y a des mois avant d’être suspendue. En effet, El Omari avait annoncé une première fois sa démission en août 2017. Dans un communiqué publié alors, les responsables du parti avaient affirmé que llyas El Omari, secrétaire général du PAM, a présenté sa démission au bureau politique de son parti. Le même communiqué avait fait savoir que «les membres du bureau politique ont convenu à l’unanimité de rejeter cette décision et de la soumettre à l’avis du conseil national du parti». Dans une conférence de presse organisée le lendemain, El Omari avait affirmé qu’après «analyse des documents liés au bilan, il s’est avéré que certains présidents des collectivités territoriales ont notifié au parti qu’ils n’étaient plus en mesure de poursuivre leur mission et honorer leurs engagements. De même, certains élus n’ont pas respecté le programme électoral du parti alors que des parlementaires enfreignent le code d’éthique et de conduite du PAM.

Les personnes concernées par ces agissements ne sont pas les seuls responsables. J’assume en tant que secrétaire général du parti une part de responsabilité politique dans cette situation. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de démissionner», avait-il annoncé au cours de la conférence de presse. Mais coup de théâtre, le conseil national du parti tenu en octobre 2017 n’a pas statué sur la démission du secrétaire général. Au cours de la même session, les membres du «parlement» du parti ont chargé El Omari de gérer les affaires du parti en attendant l’organisation d’une session extraordinaire du conseil national dont la date n’a pas été annoncée officiellement. Depuis, les sessions du conseil se sont succédé mais le «patron» du parti est resté en place. Pourtant, le PAM était divisé entre deux grands camps. Le premier regroupe tous les soutiens du secrétaire général Ilyas El Omari au niveau de toutes les instances du parti. Ces derniers refusent catégoriquement son départ.

Le second camp regroupe certaines figures qui pensent plutôt que le temps est venu de tourner la page du secrétaire général du parti et choisir une nouvelle équipe dirigeante.

Aujourd’hui, les choses commencent à changer alors que le secrétaire général fait l’objet de critiques de plus en plus virulentes concernant sa gestion du parti. C’est probablement l’une des raisons qui l’ont conduit à confirmer sa décision de quitter la direction même si des sources ayant préféré garder l’anonymat avancent des raisons de santé pour expliquer ce départ sachant que El Omari va probablement continuer à siéger au sein du bureau politique au delà de la prochaine session extraordinaire du conseil national. La question qui se pose aujourd’hui concerne l’identité du prochain secrétaire général. Pour le moment, aucun membre du parti ne s’est manifesté pour occuper le fauteuil de leader. Il faut préciser enfin que depuis sa création, le Parti authenticité et modernité a connu quatre secrétaires généraux en neuf ans d’existence. Théoriquement, le mandat d’un secrétaire général court quatre ans mais au vu de leur nombre depuis la création du parti, ces derniers ne dépassent pas les deux ans.

Le premier secrétaire général du parti fut l’ancien syndicaliste Hassan Benadi. Le deuxième secrétaire général dans la liste fut Mohamed Cheikh Biadillah, l’ancien ministre de la santé et président de la Chambre des conseillers. Il a par la suite cédé le flambeau à Mohamed Bakkoury, l’actuel président de la région de Casablanca-Settat.

Le dernier SG est bien évidemment Ilyas El Omari. Après la démission de ce dernier, Lahbib Belkouch, membre du bureau politique, avait été désigné durant quelques semaines secrétaire général par intérim.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *