Parlement : El Malki rempile à la première Chambre

Parlement : El Malki rempile à la première Chambre

Et de deux pour Habib El Malki, de l’Union socialiste des forces populaires (USFP). Il vient d’être réélu président de la Chambre des représentants, lors d’une séance plénière à l’occasion de l’ouverture de la session printanière de la Chambre, en recueillant 245 voix sur les 290 exprimées, contre 14 bulletins nuls, 18 bulletins blancs et 13 enveloppes vides. Les votes blancs ou vides sont probablement ceux des députés de l’Istiqlal. En effet, le groupe istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme a annoncé qu’il ne participerait pas au vote. Il faut dire que le président sortant était candidat unique à sa propre succession. Il restera en poste donc pour le reste de la législature 2016-2021. «Nous continuerons d’œuvrer avec plus de détermination pour concrétiser le concept du Parlement de proximité et le rendre tangible auprès des citoyens, de manière à consacrer le statut de la Chambre en tant qu’institution en interaction avec le contexte national, les aspirations et le dynamisme de la société», a déclaré El Malki quelque temps après sa réélection en se disant fier de la confiance placée en lui par les députés. Il faut préciser que la séance d’élection s’est tenue conformément aux dispositions de l’alinéa 3 de l’article 62 de la Constitution et des articles 24, 25 et 26 du règlement intérieur de la première Chambre du Parlement. Si le président de la première Chambre a été plébiscité, d’autres membres du bureau de la Chambre basse du pays ne devraient pas avoir la même chance.

Ainsi, deux vice-présidents ne devraient pas être reconduits. Il s’agit notamment de la députée Amina Mailainine qui sera probablement remplacée par Meriem Boujamaâ comme candidate au poste de 7ème vice-présidente de la Chambre des députés. Un autre député fera également son entrée au bureau de la première Chambre. Ainsi, Slimane El Omrani, secrétaire général adjoint du parti PJD, sera proposé pour occuper le poste de 1er vice-président, en remplacement d’Abdelaziz El Omari, actuel maire de Casablanca. Après le renouvellement de leur bureau, les députés auront du pain sur la planche en raison du nombre de lois qui reste à être adopté. Selon le ministre délégué chargé des relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, quinze nouveaux projets de loi ont été déposés au Parlement durant la période comprise entre la fin de la session d’octobre et la session d’avril qui vient de s’ouvrir vendredi dernier. La même source précise que 24 propositions de loi ont été soumises au gouvernement entre les deux sessions (ce qui porte à 163 le nombre total des propositions présentées), précisant que le gouvernement avait déjà tranché 123 propositions et qu’il planchera, lors d’une réunion prochaine, sur 16 autres ayant fait l’objet d’un avis de la commission technique. S’agissant du contrôle du travail du gouvernement, le ministre délégué a indiqué que le gouvernement a reçu, durant la période entre les deux sessions, 581 questions orales et répondu, au 11 avril, à 5.251 questions écrites (soit un taux de réponse de 59,85%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *