Plus de 4.000 jeunes à la 2ème Université des jeunes indépendants : Le RNI ne pratique pas le double langage

Le ton est donné à l’Université des jeunes indépendants. Ingénieurs, cadres, étudiants, porteurs de projets… ils n’étaient pas moins de 4.000 jeunes à répondre présent à cette 2ème édition qui s’est tenue à Marrakech les 21 et 22 septembre 2018 sous le thème «La voie de la confiance, construisons-la ensemble».

Présents aux côtés des membres du bureau politique du parti, les jeunes Rnistes sont venus des 4 coins du Maroc et d’ailleurs pour réaffirmer leur adhésion au projet politique porté par le Rassemblement national des indépendants et revenir sur les principales préoccupations de la jeunesse dans notre pays. «Nos véritables ennemis ce sont la pauvreté et la précarité», a déclaré Aziz Akhannouch à l’ouverture de cette Université des jeunes indépendants affirmant que l’offre politique du RNI (la voie de la confiance) vient pour répondre aux préoccupations des citoyens qui ne sont autres que la santé, l’éducation et l’emploi. Il a réitéré dans ce sens la totale adhésion du parti à la vision de SM le Roi Mohammed VI exprimée dans ses deux derniers discours.

Le président du RNI a aussi mis l’accent sur la nécessité d’ouvrir un débat public autour de «la voie de la confiance». «Pour nous l’essentiel c’est que le citoyen puisse bénéficier d’un enseignement de qualité, d’un service de santé de qualité et d’un emploi à la hauteur de ses espérances», explique-t-il. Dans cet élan, Aziz Akhannouch a également indiqué que le parti continuera à plaider au sein du gouvernement pour que les recommandations de «la voie de la confiance» soient prises en compte. S’adressant aux milliers de personnes présentes lors de l’ouverture de cette université, le président du parti de la colombe a incité les jeunes adhérents à renforcer l’unité nationale tout en étant fiers de la diversité culturelle dont bénéficie le Maroc. Pour lui, il est temps que la loi organique relative à la langue amazighe soit adoptée car il est inconcevable que les citoyens amazighs soient privés de certains services pour la simple raison qu’ils ne parlent pas la langue arabe. A cet égard, Il a évoqué la difficulté rencontrée dans les tribunaux par les citoyens ne parlant que la langue amazighe parce qu’il n’y a pas de traducteur en langue amazighe au sein de ces instances.

Pour sa part, Rachid Talbi Alami a félicité le parti pour le siège parlementaire remporté par Ahmed El Mrabet Soussi aux élections législatives partielles, tenues jeudi au niveau de la préfecture de M’diq-Fnideq. Par ailleurs, il a expliqué que le RNI s’attelle à trouver des solutions aux principales préoccupations des citoyens pendant que ses détracteurs diffusent de fausses informations à son encontre.

De son côté Mohamed Aujjar a souligné que le RNI ne pratique pas le double langage et que le parti fait son travail au sein du gouvernement en toute responsabilité. Quant à Amina Benkhadra, présidente de l’organisation des femmes rnistes, elle a fait part de l’ambition du parti qui consiste à donner un nouveau souffle à l’action politique en proposant de nouvelles idées. S’exprimant lors de l’ouverture de cet événement, Youssef Chiri, président de l’organisation fédérale des jeunes du RNI, a dévoilé que 20.000 jeunes ont rejoint le parti de la colombe en un laps de temps très court estimant que c’est un signe qui révèle que les jeunes se retrouvent de plus en plus dans le projet politique porté par le RNI. Il a souligné que cette université des jeunes du RNI revient dans sa seconde édition pour rétablir la confiance des jeunes dans la politique. Par ailleurs, cet événement a également été marqué par la présence de Mohammed Benchaâboun aux côtés des membres du bureau politique du parti.

Les jeunes du RNI appellent la jeunesse marocaine à s’engager dans la politique

A la clôture de cet évènement, l’organisation des jeunes du RNI a exprimé son total engagement pour une participation active dans le paysage politique. Elle appelle dans ce sens la jeunesse marocaine à s’impliquer et participer davantage à la politique dans notre pays. L’objectif étant de créer un débat constructif sur les sujets qui intéressent le citoyen. Dans ce sens, les jeunes du RNI considèrent qu’il faut adopter une approche sociale, économique et humaine pour répondre à un nouveau modèle de développement basé sur la justice sociale. L’organisation du RNI appelle également les jeunes à s’ouvrir vers «la voie de la confiance».

Notons que le communiqué final de l’université d’été des jeunes du RNI sera publié sur les réseaux sociaux et dans les pages officielles du parti afin que les citoyens puissent le consulter, indique le parti.

14 ateliers d’échanges et de formation pour les jeunes

Les jeunes militants ont eu l’occasion de partager leurs expériences avec les leaders du RNI durant le 2ème jour de l’événement. En effet, cette journée a été marquée par l’organisation de 14 ateliers animés par les cadres du parti au profit des jeunes créant ainsi un espace de débats autour des thématiques comme l’auto-entrepreneuriat, la prise de décision, l’esprit d’initiative et la citoyenneté, la façon d’aborder les défis de la société, les mesures apportées par la «voie de la confiance», la cristallisation d’un droit réglementaire pour l’amazighité, ou encore la manière de préparer et de mener les campagnes électorales.

Dans le programme de cette année, un intérêt particulier a été accordé aux porteurs de projets. Ainsi, 15 jeunes ont présenté leurs projets dans des domaines comme l’agriculture, l’éducation, la santé, le tourisme, les nouvelles technologies ou encore l’artisanat devant un jury d’experts. L’objectif étant de choisir 3 projets afin de les accompagner. Au final, le jury a décidé de choisir tous les projets sélectionnés afin de les développer. Pour mieux transmettre son message auprès des jeunes, le parti de la colombe mise sur les réseaux sociaux et sur le digital.

Dans ce sens, un atelier réservé aux médias sociaux a été organisé afin de soulever les contradictions des réseaux sociaux et de relever les questions relatives à l’éthique de l’utilisation de ces médias. Enfin, une plate-forme a été mise à la disposition des participants aux différents ateliers afin d’exprimer leurs idées et leurs propositions. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *