Politique globale intégrée des jeunes : Une charte et un contrat programme dans le pipe

Politique globale intégrée des jeunes : Une charte et un contrat programme dans le pipe

Saâd Eddine El Othmani à la Chambre des représentants

Les jeunes se sont invités en force à la Chambre des représentants. La politique publique leur concernant a été détaillée par Saâd Eddine El Othmani lors de la séance mensuelle du lundi 30 octobre 2017. Interrogé à ce propos, le chef de gouvernement a partagé avec l’audience l’approche du Maroc pour mettre en œuvre une politique globale intégrée en faveur des jeunes, et ce conformément aux Hautes instructions royales. Un projet qui devrait être couronné par l’élaboration d’une «Charte de la jeunesse : Etat-région 2018-2022» et un contrat programme engageant tous les acteurs de la société. Ces ambitions démontrent l’intérêt qu’accorde le gouvernement aux jeunes.

Une priorité pour laquelle a été déployée une méthodologie participative fédérant, ainsi, les différentes parties prenantes dans le domaine des politiques publiques dédiées aux jeunes, et ce tout en prenant compte des besoins spécifiques de chaque région du Maroc. La finalité étant d’assurer une plus grande inclusion de la société civile dans la mise en œuvre des programmes du ministère de la jeunesse et d’améliorer par conséquent les conditions d’insertion et l’adhésion des jeunes à la vie publique.

Lors de son oral, Saâd Eddine El Othmani a indiqué que «le ministère de la jeunesse et des sports a mis en œuvre une plate-forme préliminaire pour asseoir cette politique fondée sur la perception d’une offre publique globale et intégrée destinée aux jeunes en prenant en compte les attentes et les aspirations de cette frange dans sa diversité et ses différentes catégories d’âge». Une perception qui, selon le chef de gouvernement, tend à assurer à la fois la complémentarité entre les politiques sectorielles axées sur les jeunes, l’efficacité et la cohérence des différents acteurs. Elle vise par ailleurs à valoriser les efforts consentis tout en améliorant leur impact sur la situation des jeunes.

Cinq axes sont déclinés dans ce sens, à savoir l’écoute et la communication avec les jeunes, la diversification des offres publiques destinées aux jeunes, la création d’initiatives et de moyens d’intervention, la réalisation d’une complémentarité entre différentes interventions publiques et sectorielles en faveur des jeunes, l’inclusion des jeunes et de la société civile. S’agissant de l’intégration sociale prônée par la politique intégrée des jeunes, le chef de gouvernement a indiqué qu’elle se fera à travers une succession d’étapes. Ces dernières seront sanctionnées par l’autonomisation des jeunes notamment via le développement de l’éducation et de la formation ainsi que par la mise en œuvre des conditions appropriées d’accès au logement, la santé et divers services de proximité.

Intégration des jeunes : Les mesures phares

19.265 postes d’emploi vont être créés au titre du budget général pour l’exercice 2018 ainsi que 20.000 postes contractuels dans le domaine de l’éducation. Il s’agit là de la première mesure énumérée par Saad Eddine El Othmani relative à la promotion de l’intégration des jeunes. Le chef de gouvernement a également cité le système «Tahfiz» qui encourage l’emploi des jeunes par l’octroi d’avantages aux nouvelles entreprises. Ce dispositif a doublé son effectif ciblé. Le système prévoit ainsi l’embauche de 10 jeunes employés contre 5 actuellement. M. El Othmani a par ailleurs annoncé le lancement d’un fonds de soutien aux nouvelles entreprises et projets innovants au profit des jeunes. Cet accompagnement se déclinera sous forme de financement et d’assistance technique pour soutenir les projets à hauteur de 150.000 dirhams. Le programme de soutien des capacités entrepreneuriales des jeunes en situation précaire dans le secteur informel a également été cité en exemple. Ce programme a pour objectif de former 5.000 jeunes dans le domaine de l’entrepreneuriat en leur fournissant le soutien et l’accompagnement nécessaires pour la création de leurs propres petites entreprises. En ce qui concerne la contribution des jeunes à la chose publique, M. El Othmani a réitéré l’engagement du gouvernement à encourager les actions de bénévolat auprès des groupes de jeunes. Ceci passe par l’attribution d’une aide financière en soutien aux activités organisées au sein des institutions relevant du ministère de la jeunesse et des sports. Ces actions favorisent l’accès des jeunes vivant en milieu rural à divers programmes et activités et contribuent à la formation des jeunes dans le domaine du e-plaidoyer sur la question du Sahara marocain. En termes d’intégration sociale des jeunes, Saâd Eddine El Othmani a évoqué la hausse de 2% du taux d’inscription dans les universités et institutions à accès limité, notamment la médecine, l’ingénierie, le commerce et la gestion au titre de l’année 2017-2018. Il a par ailleurs passé en revue les efforts du gouvernement pour consolider le nombre des étudiants boursiers, en ouvrant l’accès également aux stagiaires de la formation professionnelle détenteurs du baccalauréat pour bénéficier de la bourse au même titre que les étudiants universitaires. Parmi les mesures phares engagées par l’Etat figure le programme de lutte contre la drogue près des établissements d’enseignement ainsi que la mise en œuvre de l’assurance-maladie obligatoire de base pour les étudiants. Cette dernière devrait bénéficier à 280.000 étudiants pour un budget total de 110 millions de dirhams. Sur le plan culturel, le gouvernement a renforcé l’action associative des jeunes à travers l’attribution d’une aide matérielle pour faciliter la réalisation des programmes et activités des associations locales et nationales en faveur des jeunes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *