Sahara : Le choix de la transparence

Sahara : Le choix de la transparence

Le Maroc persévère sur le choix de la transparence, de la clarté et de la démocratie dans le traitement de l’affaire de son intégrité territoriale. Sa Majesté le Roi Mohammed VI, moins d’une semaine après le premier round des négociations directes de Manhasset, a donné ses directives pour que toutes les composantes de la société marocaine soient tenues au courant des derniers développements du dossier du Sahara. Selon un communiqué du Cabinet royal, émis à l’issue d’une séance de travail avec la délégation marocaine aux négociations de Manhasset, le Souverain a ordonné au Premier ministre, au ministre de l’Intérieur et au ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération de consacrer des exposés à ces négociations lors de la tenue du prochain Conseil de gouvernement. De même, les trois responsables gouvernementaux ont été appelés par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à se présenter devant le Parlement pour les mêmes fins. Les populations des régions du Sahara, représentées par le Corcas (Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes) seront également tenues au fait des derniers développements de Manhasset lors de la tenue d’une session extraordinaire de ce conseil, vendredi prochain à Laâyoune. C’est ce qu’a ordonné le Souverain à Khalli Henna Ould Errachid, président de ce conseil qui a pris part aux négociations avec la délégation du Polisario. Par ailleurs, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a demandé à la délégation des négociateurs marocains de préparer le deuxième round de ces négociations qui se tiendront vers la mi-août comme convenu.
Ces nouvelles directives royales consacrent la nouvelle voie choisie par le Maroc pour la gestion du dossier de son intégrité territoriale : un processus de concertation le plus large possible au niveau national et un suivi qui impliquent tout un pays avec ses populations, ses organes de représentation et ses institutions.
Outre le Premier ministre Driss Jettou, la délégation marocaine reçue par le Souverain se compose de Chakib Benmoussa, ministre de l’Intérieur, qui a conduit, côté marocain, les négociations de Manhasset, Taieb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, Fouad Ali El Himma, ministre délégué à l’Intérieur, Khalli Henna Ould Errachid, président du Corcas, Mohammed Yassine Mansouri, directeur général des études et de la documentation (DGED) et El Mostafa Sahel, représentant permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies. La délégation marocaine, malgré des difficultés énormes, a réussi à mener à bien un premier round de négociations qui a instauré un dégel entre les deux parties au conflit du Sahara. Mais réussi surtout à imposer le Corcas comme partie prenante dans ces négociations malgré les tergiversations de certains milieux qui ont essayé d’insinuer le doute sur la légitimité de ce conseil représentatif de l’écrasante majorité des Sahraouis. C’est ce conseil, mis en place à Laâyoune en mars 2006, qui reviendra au chef-lieu des régions du Sahara marocain pour dévoiler les résultats des négociations de Manhasset et l’approche qui sera suivie lors d’un deuxième round attendu par la communauté internationale. Mais surtout par des familles sahraouies, de part et d’autre, qui attendent d’être réunies de nouveau après des décennies de déchirement à cause d’un conflit d’un autre temps. Le Maroc a fait ses choix et y persévère selon la même courageuse approche. Celle d’une nouvelle ère.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *