Trois candidats briguent le secrétariat général de l’UC

Trois candidats briguent le secrétariat général de l’UC

Le compte à rebours commence pour le congrès national de l’Union constitutionnelle (UC). Initialement programmé pour la fin du mois de février dernier, le cinquième congrès national ordinaire de l’UC demarrera ses travaux vendredi prochain à Casablanca.

Placé sous le thème «Liberté, dignité et développement», le congrès sera présidé par la députée et membre du bureau politique, Bouchra Berjal. «Le choix de Mme Berjal intervient pour consacrer la parité homme-femme et célébrer la Journée mondiale de la femme», a souligné Mohamed Abied, ajoutant que ce congrès verra la participation de 400 congressistes. Le parti qui se trouve dans l’opposition devra bien évidemment renouveler ses instances. Il s’agit notamment d’élire un nouveau secrétaire général.

Pour le moment, trois membres du parti ont déposé leurs candidatures, notamment le secrétaire général de la jeunesse du parti, Anouar Zine.

De son côté, Mohamed Abied, le secrétaire général actuel de l’UC, maintient le suspense sur son avenir. En attendant de découvrir d’éventuels prétendants pour le fauteuil du leader, Anouar Zine a déjà lancé sa campagne baptisée «Le changement possible». Ce dernier a également créé un site web (www.almomkine.ma) et une page facebook.

Zine annonce avoir récolté plusieurs soutiens au sein du parti ainsi que dans la société civile, le monde des entreprises et le milieu politique. Pour rappel, l’Union constitutionnelle a été créée en 1983 par l’ancien Premier ministre sous Feu SM Hassan II, Maati Bouabid. Cette formation qui se revendique du libéralisme a connu ses beaux jours durant les années 80 et 90 du siècle dernier participant aux gouvernements successifs de cette époque. Mais depuis le lancement de l’expérience du gouvernement d’alternance en 1998, le parti a choisi de rallier l’opposition. L’UC a été dirigée depuis sa création par trois secrétaires généraux qui sont respectivement Maati Bouabid, Abdellatif Semlali et Mohamed Abied.

A noter enfin que l’UC a connu ces dernières années des soucis en interne qui se sont soldés par le renvoi de l’ancien directeur du journal du parti, Abdellah Ferdaous.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *