Une séance d’interpellation aura lieu ce lundi à la Chambre des conseillers: Les jeunes font leur Parlement

Une séance d’interpellation aura lieu ce lundi à la Chambre des conseillers: Les jeunes font leur Parlement

Des jeunes qui interrogent directement des ministres au Parlement. C’est le pari relevé par l’Organisation du Médiateur pour la démocratie et les droits de l’Homme. Les responsables annoncent, en effet, l’organisation ce lundi d’une séance d’interpellation à la Chambre des conseillers avec la participation de plusieurs membres du gouvernement.

Soutenue par le CNDH (Conseil national des droits de l’Homme) et le FNUD (Fonds des Nations Unies pour la démocratie), l’Initiative du Médiateur pour la démocratie vient dans le cadre du projet «Jeunes pour la démocratie».

Concrètement, la séance prévue à la deuxième Chambre est entièrement conçue et organisée par des jeunes. Ces derniers vont interpeller le gouvernement sur plusieurs thématiques relatives notamment à l’éducation, les finances, la santé, la justice et Libertés, le logement, l’emploi, la communication et média. Les réponses à toutes ces thématiques seront apportées par trois ministres. Les organisateurs annoncent dans ce sens la participation de Charafat Afilal, ministre déléguée auprès du ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement chargée de l’eau. Elle apportera les réponses du gouvernement sur les volets relatifs au logement, la santé, l’éducation et l’emploi.

Mbarka Bouayda, ministre déléguée après du ministre des affaires étrangères et de la coopération, est également attendue pour parler de la politique étrangère.

Enfin, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, doit également prendre part à la même séance pour répondre aux questions concernant la justice, l’intérieur, les finances ainsi que la communication et médias.

La manifestation verra, en outre, la participation également de parlementaires des deux Chambres, des diplomates, les représentants de plusieurs organismes publics ainsi que plusieurs organisations onusiennes représentées au Maroc.
Le Médiateur pour la démocratie veut ainsi conclure en beauté son projet. En effet, «cette séance parlementaire» représente l’ultime étape du projet «Jeunes pour la démocratie». Ce projet avait été lancé en mars 2013 en partenariat avec le FNUD et le CNDH. Selon les responsables, environ 400 jeunes ont travaillé sur différents dossiers en rapport avec les droits de l’Homme, la démocratie, la gouvernance et l’évaluation des politiques publiques. Depuis 2013, plusieurs manifestations ont été organisées dans le but de préparer les jeunes à la séance d’interpellation au Parlement qui représente en quelque sorte l’aboutissement de tout le projet. Ainsi, des commissions ont travaillé depuis plusieurs mois à la rédaction de rapport et l’élaboration de questions sur le bilan gouvernemental. Les jeunes participants ont été répartis sur trois grands groupes. Les appartenances politiques ont été prises en compte (gauche, droite, centre). Au final, trois groupes de jeunes parlementaires ont été créés pour travailler sur les thématiques et secteurs retenus. C’est donc un travail de plusieurs mois qui doit être conclu par une séance d’interpellation. Pour les initiateurs de cette expérience, le but était de parvenir à un Parlement parallèle de jeunes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *