Véritable feuille de route, le document repose sur cinq principes : Ce que contient la charte de la majorité

Véritable feuille de route, le document repose sur cinq principes : Ce que contient  la charte de la majorité

La majorité s’engage à exécuter le programme gouvernemental et à servir avec abnégation les intérêts suprêmesdu pays, défendre sa souveraineté, son intégrité nationale et territoriale, dans le respect des constantes de la Nation consacrées par la Constitution.

C’est acté. La charte de la majorité vient d’être signée lundi soir à Rabat par les six partis de la coalition gouvernementale. Cette feuille de route a été signée par les six partis de la majorité, à savoir le Parti de la justice et du développement (PJD), le Rassemblement national des indépendants (RNI), l’Union socialiste des forces populaires (USFP), le Mouvement populaire (MP), l’Union constitutionnelle (UC) et le Parti du progrès et du socialisme (PPS). Ce document qui doit encadrer les relations entre les différentes composantes de la majorité durant tout le mandat actuel s’articule autour de cinq principes fondamentaux, en l’occurrence l’approche participative, l’efficacité, la transparence dans la gestion, la solidarité en matière de responsabilité et le dialogue avec les partenaires. Dans les détails, la majorité s’engage par le biais de ladite charte, à exécuter le programme gouvernemental et à servir avec abnégation les intérêts suprêmes du pays, défendre sa souveraineté, son intégrité nationale et territoriale, dans le respect des constantes de la Nation consacrées par la Constitution. Les six formations de la majorité s’engagent aussi à placer la cause nationale en tête des priorités mais également à mobiliser tous les moyens nécessaires et d’adhérer aux projets et chantiers de réforme. La majorité veut également consacrer la bonne gouvernance, le développement du modèle économique, la promotion de l’emploi ainsi que le développement durable. Pour atteindre tous ces objectifs, la majorité entend concevoir une vision participative, unifiée et intégrée en faveur du bon déroulement de l’action gouvernementale. Il sera également question du renforcement de la solidarité entre les composantes de la majorité, l’instauration de la concertation, la coopération et la coordination d’une manière permanente. Pour y parvenir, les chefs des partis de la majorité ont convenu d’organiser, gérer et évaluer les actions communes tout en respectant les engagements de la majorité et sa cohésion. La charte permettra, en outre, de recourir à la critique constructive avec la possibilité de procéder au règlement des différends entre les partis par le biais des mécanismes de la charte.

Par ailleurs, les partis s’engagent à présenter des amendements et des propositions de loi. En vue d’assurer la mise en œuvre de cette charte, la majorité procédera à l’organisation, la gestion et l’évaluation de son action, suivant certains mécanismes, dont l’instance de la présidence de la majorité, présidée par le chef de gouvernement et comprenant dans ses membres les secrétaires généraux des partis politiques de la majorité gouvernementale ou leurs représentants, ainsi qu’un deuxième leader de chaque parti. Les réunions de cette instance se tiendront à la demande du chef de gouvernement en vue de suivre, évaluer la mise en œuvre du programme gouvernemental, examiner toutes les questions relatives à la gestion des affaires de la majorité et veiller au renforcement de l’esprit de coopération et d’intégration quant à l’action gouvernementale, parlementaire et aux politiques publiques. Ces mécanismes vont former une instance de la majorité à la Chambre des représentants, composée des présidents des groupes et groupements parlementaires des partis de la majorité ou leurs représentants, dont la présidence sera périodique chaque année en fonction de l’ordre des sièges à la Chambre des représentants.

Une coordination parlementaire accrue

La majorité va renforcer sa coordination au niveau des deux Chambres parlementaires. En vertu de leur nouvelle charte, les membres de la majorité s’engagent à collaborer entre eux, lors des réunions des organes de la Chambre des représentants, notamment son bureau, et désigner un coordonnateur de la majorité au sein de toutes les commissions parlementaires permanentes, de manière alternative à chaque session législative.

L’instance de la majorité à la Chambre des conseillers, quant à elle, sera composée des présidents des groupes des partis de la majorité ou leurs représentants, et sa présidence sera périodique chaque année en fonction de l’ordre des sièges à cette Chambre. Les réunions ordinaires de cette instance se tiendront une fois chaque deux mois. Elle peut également tenir une réunion hebdomadaire de suivi et de coordination lors des sessions, ou de manière exceptionnelle à la demande de l’un des présidents. De même, cette instance tiendra et coordonnera des réunions avec celle de la majorité des deux Chambres du Parlement à propos des propositions et projets de loi, des amendements et du vote, entre autres.

Charte : Les chefs de la majorité en parlent

Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, a souligné l’importance de la charte qui dégage une «vision claire sur la cohésion de la majorité» et y consacre les fondements de la sincérité et de l’engagement, faisant savoir que son parti soutient la majorité «tant que cela va mener au progrès et au développement du pays». Pour sa part, le secrétaire général du MP, Mohand Laenser, a expliqué que la charte réaffirme les principes de l’engagement convenu en vertu du programme gouvernemental.

De son côté, le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar, a relevé que son parti est «satisfait du mode de travail du gouvernement sous la supervision de M. Saâd Eddine El Othmani». Dans la même veine, le secrétaire général de l’UC, Mohamed Sajid, a estimé que la Charte témoigne de «notre engagement et adhésion à soutenir le gouvernement», ajoutant que ce document va contribuer à parvenir à plus d’harmonie entre les composantes du gouvernement aussi bien sur le plan exécutif que législatif. Le secrétaire général du PPS, Mohamed Nabil Benabdellah, a, quant à lui, estimé que cette charte revêt une «grande importance symbolique» d’autant plus qu’elle mise sur le renforcement des liens entre les composantes du gouvernement.

El Othmani sonne la mobilisation

Dans une allocution prononcée à l’occasion de la signature de la charte de la majorité, le chef de gouvernement a affirmé que «les partis de la majorité sont appelés à mobiliser leurs moyens et adhérer aux projets et chantiers de réforme à même de réussir le programme gouvernemental, notamment à travers l’appui du choix démocratique et des principes de l’Etat de droit, la consécration de la régionalisation avancée, le renforcement des valeurs de la transparence et de l’intégrité, ainsi que la réforme de l’administration». «Nous sommes conscients de la nécessité de la différence et nous sommes aussi conscients que ce qui nous rassemble au sein de ce gouvernement est plus que ce qui nous divise», a-t-il ajouté soulignant qu’«il n’y a pas eu de crise gouvernementale» et que la majorité tient à rester cohérente et en accord vis-à-vis des priorités qui répondent aux attentes des citoyens en matière d’éducation, de santé et d’emploi. «Il est normal que des différences existent entre les partis de la majorité au vu des spécificités et références de chacun», a-t-il dit, estimant que la diversité au sein des partis est saine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *