Visite de SM le Roi Mohammed VI au Sénégal: Un nouveau souffle pour la coopération Sud-Sud

Visite de SM le Roi Mohammed VI au Sénégal: Un nouveau souffle pour la coopération Sud-Sud

Le développement du continent africain était au cœur de la tournée africaine de SM le Roi Mohammed VI au Sénégal. Entamée depuis quelques jours par une visite officielle au Sénégal, cette tournée s’inscrit dans la politique de consolidation de la coopération Sud-Sud adoptée par le Maroc. Plusieurs accords bilatéraux ont ainsi été conclus dans ce sens en présence du président sénégalais Macky Sall. Quels en sont les enjeux ?

D’ordre stratégique, social, économique ou spirituel, plus d’une dizaine d’accords ont été signés à Dakar entre le Maroc et le Sénégal en marge de la visite actuelle du Souverain. Ces accords, comme expliqué par Mohamed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, viennent «insuffler une nouvelle dynamique» à la coopération Sud-Sud prônée par le Souverain selon «une philosophie basée sur le partage et l’échange d’expériences et d’expertise». Concrètement, il a été question, entre autres, d’accords liés au domaine de l’agriculture et de la pêche maritime, celui de l’assainissement des eaux, du tourisme et de la spiritualité.

L’expérience agricole marocaine sera mise au service des professionnels sénégalais grâce à deux protocoles d’accord signés jeudi à Dakar. Le premier, qui concerne la production du lait et de la viande, «contribuera principalement à améliorer la reproduction animale et à assurer la prévention et la protection sanitaire des animaux, ce qui favorisera une meilleure rentabilité en la matière», avait souligné le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, au terme d’une rencontre avec la ministre sénégalaise de l’élevage et des productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye. Quant au deuxième accord, il porte sur la réalisation d’un point de déchargement consacré à la pêche artisanale au port de Soumbédioune.

La visite royale au Sénégal a également été marquée par la signature de deux conventions en matière de l’eau et d’assainissement en plus du raccordement au réseau électrique, notamment en milieu rural. Selon Ali Fassi Fihri, directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), «cette signature vient donner suite à la volonté exprimée par le Sénégal pour profiter de l’expérience marocaine en matière d’assainissement liquide et de la généralisation de l’approvisionnement en eau potable». Sur un autre registre, un Programme d’application en matière de tourisme 2015-2018 a été signé entre les deux pays pour un renforcement de coopération et d’échanges d’expertise en matière de formation et d’investissement touristique.

Un autre accord, cette fois- ci en matière de logistique, a vu le jour en marge de cette visite d’affaires. D’après le ministre de l’équipement, du transport et de la logistique, Aziz Rabbah, celui-ci permettra «d’encourager les entreprises marocaines à venir développer la logistique, les services et les plates-formes logistiques au Sénégal» car, «une logistique à un niveau national ne saurait être complète que si elle est couplée à une logistique régionale et internationale», a-t-il insisté.

En effet, à l’heure actuelle l’économie africaine reste lourdement sanctionnée à cause du manque de platesformes logistiques à même d’accompagner le développement du continent.
Parallèlement à cela, l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) a conclu des partenariats de coopération avec pas moins de 30 pays africains dont une destinée entre autres au diagnostic du système de formation du Sénégal, à la formation des formateurs, étudiants et encadrants sénégalais par l’Office.

A noter enfin que près de la moitié des accords bilatéraux signés entre la Maroc et le Sénégal visent en premier lieu le développement humain. C’est du moins ce qu’a souligné le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar.

A l’heure actuelle, 13 accords ont été conclus avec le Sénégal, ce qui porte le nombre de l’ensemble des accords paraphés avec ce pays à plus de 100. Ce qui témoigne, toujours selon Mezouar, «d’une relation historique forte et une étroitesse de rapports solides».

Avec MAP

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *