avril 23, 2018

 

Zone tampon : La position de l’ONU reste ferme

Zone tampon : La position de l’ONU reste ferme

Guterres veut que le trafic commercial et civil ne soit pas entravé et qu’aucune action ne soit menée qui pourrait constituer un changement dans le statu quo de Guerguerat

Le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a de nouveau réitéré la fermeté de l’ONU concernant la présence du Polisario dans la zone de Guerguerat. Dans ce sens, le document soumis au Conseil de sécurité a réaffirmé «son appel du 6 janvier 2018, pour que le trafic commercial et civil ne soit pas entravé et qu’aucune action ne soit menée qui pourrait constituer un changement dans le statu quo de la zone tampon». Ce n’est pas tout. Le rapport loue l’action mesurée du Maroc et appelle les séparatistes «à se retirer de la zone tampon comme il l’a fait en avril 2017».

Dans un autre registre, le document qui rappelle les orientations du Conseil de sécurité pour faciliter les négociations entre les parties et de travailler avec réalisme et esprit de compromis, cite de larges extraits du discours prononcé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion du 42ème anniversaire de la Glorieuse Marche Verte, dans lequel le Souverain souligne qu’«aucun règlement de l’affaire du Sahara n’est possible en dehors de la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, et en dehors de l’Initiative d’autonomie, dont la communauté internationale a reconnu le sérieux et la crédibilité».

Pour rappel, le Souverain avait indiqué que «les expériences passées devraient permettre de méditer sur une évidence: le problème n’est pas tant de trouver une solution à cette affaire, mais plutôt d’arriver à définir le processus à suivre pour y parvenir», précisant qu’«il appartient donc aux parties à l’origine de ce conflit monté de toutes pièces d’assumer pleinement leur responsabilité dans la recherche d’un règlement définitif».

Le rapport du SG de l’ONU cite également le passage du discours royal dans lequel le Souverain insiste sur «le plein respect des principes et fondamentaux retenus par le Conseil de sécurité pour le traitement de ce conflit régional artificiel; l’organe onusien étant, de fait, la seule instance internationale chargée de superviser le processus de règlement», en rappelant «le refus catégorique de tout dépassement, de toute tentative de porter atteinte aux droits légitimes du Maroc et à ses intérêts supérieurs, de toute proposition obsolète visant à écarter le plan de règlement des paramètres référentiels retenus, de l’insertion abusive d’autres sujets, lesquels sont traités par des institutions compétentes».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *