Abdelouahab El Jabri : «La station de Taghazout représente une opportunité d’investissement»

Abdelouahab El Jabri : «La station de Taghazout représente une opportunité d’investissement»


ALM : Comment  se porte le climat de l’investissement au niveau de la région après l’arrêt du projet de «Taghazout» ?
Abdelouahab El Jabri : L’investissement dans la région Souss Massa Drâa se porte plutôt bien. En effet, le premier semestre de l’année 2009 a enregistré une évolution de +25% en terme du nombre de projets d’investissement validés par le CRI de la région Souss Massa Drâa. Aussi la «Zone du Grand Agadir » a enregistré, au cours de la même période, une évolution de +11% en terme de création d’entreprises notamment au niveau des secteurs des services du commerce et
des BTP. Globalement, les créations d’entreprises ayant transitées par le CRI de Souss Massa Drâa ont connu une évolution de près de 3% au cours du 1er semestre de l’année 2009 par rapport à la même période en 2008. Concernant le projet de Taghazout, ce dernier a été victime d’un contexte international défavorable. Ce qui a entraîné l’arrêt du chantier qui était bien entamé par les investisseurs initiaux. Les risques et les conséquences de la crise sont là et peuvent intervenir à tout moment et toucher surtout de grands projets qui nécessitent une mobilisation importante de fonds. Cela ne devrait pas freiner ou entraver l’investissement dans notre région, au contraire, la station de Taghazout représente aujourd’hui une opportunité d’investissement réelle à saisir et s’inscrira toujours parmi les plus belles zones définies dans le cadre du Plan Azur : donc avis aux investisseurs !

Quels sont les mesures et les plans instaurés par le CRI dans le cadre de la promotion de l’investissement des MRE au niveau de la région ?
A l’instar des différents Centres régionaux d’investissement du Royaume, le CRI de la région Souss-Massa-Drâa déploie tous les efforts nécessaires pour être à l’écoute des MRE.Le CRI-SMD a mis à la disposition des MRE un guide simplifié d’aide à la création d’entreprise, ainsi  que plusieurs présentations sur les opportunités d’investissement régionales.
Concernant les différents supports de communication édités par notre centre annuellement (Bulletin d’information « CRI-Agadir-News », observatoire de l’investissement régional, fiches métiers…), nous prenons le soin de les transmettre en priorité aux principales représentations diplomatiques marocaines à l’étranger, notamment les ambassades du Maroc en France, en Grande-Bretagne, en Italie, au Koweit, en Suède, en Turquie, aux USA et même au Japon.
Par ailleurs, nous représentons notre région dans différentes manifestations à l’échelle internationale. Citons à titre d’exemple l’opération «Maroc Hexagone», «Maroc Forum Germany» à Frankfort ou encore «Maroco-Russie» à Moscou. 

Quelles sont les mesures mises en place en matière d’appui à l’investissement ?
L’aide à l’investissement et à la création d’entreprise figure parmi les priorités du CRI de la Région Souss-Massa-Drâa.Un ensemble de mécanismes modernes, permettant d’alléger les démarches administratives pour la création juridique, fiscale et sociale des entreprises et l’accompagnement des porteurs de projets, ont été mis à la disposition des initiateurs de projets. L’objectif étant de faciliter et encourager les investissements et ce, conformément aux directives de la Lettre royale du 9 janvier 2002. Dans le cadre de sa mission d’accompagnement et d’appui aux créateurs d’entreprises et aux investisseurs, le CRI-SMD est appelé à encourager et favoriser davantage l’initiative privée et ce, dans la perspective de la promotion d’une dynamique génératrice d’emploi, de richesses et d’activités économiques innovantes. Nos stratégies pour aller dans ce sens ont été traduites par différentes opérations qui ont fait l’objet de conventions de partenariat, entre le CRI et un ensemble d’opérateurs publics et privés. Nous travaillons sur plusieurs volets et dans plusieurs comités dans le cadre du comité d’agrément du fonds de subvention pour le développement des produits de terroir «TARGA» et pour «Challenger» entre autres.

L’un des grands handicaps des jeunes porteurs de projets et adhérents au programme « Moukawalati » est de débloquer les fonds via des prêts bancaires. Peut-on dire aujourd’hui que les banques sont plus coopératives ? Et quelles sont les initiatives du CRI?
Dans le cadre du nouveau dispositif du programme «Moukawalati» mis en place par le gouvernement, de nouvelles mesures viennent d’être édictées pour étendre le champ d’éligibilité de ce programme aux porteurs de projets qui ne pouvaient pas y prétendre dans le schéma initial. Au niveau de la région Souss-Massa-Drâa, le démarrage du programme a rencontré quelques difficultés notamment en matière de la faible couverture en nombre de guichets, les difficultés liées à l’accès au foncier et aux locaux professionnels ainsi que l’obtention des autorisations nécessaires. A ceci s’ajoutent la faible implication de quelques établissements bancaires et le délai de déblocage des crédits relativement long. Pour pallier à ces entraves, nous avons opté pour l’augmentation des guichets d’accompagnement, la sensibilisation du réseau bancaire et des différentes administrations afin de faciliter la délivrance des autorisations nécessaires.

Quelle lecture faites-vous du climat d’investissement au niveau de la région pour les années à venir ?
Le Souss-Massa-Drâa est une région riche par ses potentialités économiques importantes et ses atouts naturels diversifiés. En dehors de ses piliers de croissance qui sont le tourisme, l’agriculture et la pêche, d’autres secteurs d’activités prennent de plus en plus d’ampleur dans la région. Il s’agit notamment du secteur de l’immobilier qui connaît un essor considérable le hissant au rang des vecteurs de développement économique et social au niveau de notre région. Cette dernière suit, en effet, de façon évolutive la tendance nationale dans la mise en œuvre de la stratégie gouvernementale visant l’augmentation de la construction de l’habitat économique et social, la dynamisation des programmes «villes sans bidonvilles» et de «lutte contre l’habitat insalubre» et le lancement des programmes de «villes nouvelles et villes satellites». Dans ce contexte, nous pouvons citer deux projets structurants qui joueront un rôle important pour dynamiser le développement de ce secteur au niveau régional à savoir la création de la ville nouvelle de Tagadirt et le lancement du nouveau pôle urbain de Zaouiat Sidi Othmane au niveau de la province de Ouarzazate. Un mégaprojet est également à mettre en exergue. Il s’agit du lancement de l’Haliopolis, premier parc halieutique du Royaume. La région sera bientôt reliée au réseau autoroutier national avec l’achèvement du tronçon Marrakech – Agadir. Ce projet catalyseur et prometteur va permettre à la région Souss-Massa-Drâa de se doter d’infrastructures à la hauteur de sa réputation de grande région exportatrice. Tous ces indicateurs représentent des prémisses d’un avenir meilleur pour notre région et pour son développement économique. Toutefois, la problématique de l’eau reste au cœur du débat au niveau de la région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *