Agadir : A quand une stratégie e-marketing pour la promotion de la destination ?

Agadir : A quand une stratégie e-marketing pour  la promotion de la destination ?

Quel positionnement pour la destination Agadir sur les médias sociaux ? La réflexion semble encore lointaine pour les professionnels de la ville. Le plan de communication actuel reste classique et ne prend guère en considération le rôle que peuvent jouer les technologies de l’information et de la communication. Au cours de ces deux dernières années, deux initiatives ont vu le jour. Notons dans ce cadre la création d’une page Facebook et d’un site électronique. Le plan actuel se réfère en grande partie à des actions de promotion via la participation aux salons, événementiel et spots publicitaires divers, mais qu’en est-il des TIC ? Au moment où toutes les études confirment la hausse de l’utilisation de l’outil Internet comme source d’information, de promotion et de réservation par les touristes internationaux, la destination souffre d’un manque de réflexion et de vision dans ce cadre. La page Facebook actuelle, mise en place par le Conseil régional du tourisme, regroupe à peine une soixantaine de personnes et manque aussi bien d’interactivité que d’animation. Ainsi, et selon une étude réalisée récemment par PhocusWright, spécialisée dans l’industrie du voyage, le e-tourisme a affiché une hausse de 17% en 2011, et la vitesse de croissance devrait monter pour atteindre 7%, pour la période 2013-2014. Le manque à gagner semble mis de côté par les professionnels de la ville. Aucune stratégie d’implantation, d’analyse de pertinence des médias sociaux n’est en cours au niveau de la ville. Certes, des efforts individuels d’hôteliers ou d’agences de voyages et autres prestataires de services dans le secteur sont entamés, mais on ne peut guère parler d’une stratégie e-marketing globale, étudiée et chapeautée par l’institution représentative des professionnels de la ville. La destination reste ainsi timide face aux possibilités offertes par les outils du Web social et aucun investissement dans ce cadre n’est promulgué. L’absence d’une réflexion régionale sur l’usage des médias sociaux, dans la promotion de la destination, la met à l’écart de la concurrence accrue que connaît le secteur en cette période de crise. Et que ce soit pour les «touristnautes» nationaux ou internationaux la donne n’est guère prise en considération. Aussi bien sur les sites vidéo, d’avis, les réseaux sociaux ou les forums, l’absence d’une stratégie, d’une cellule de veille et d’analyse des attentes des «touristnautes» n’aide guère la destination à relever le défi. Une navigation sur les sites, pages des réseaux sociaux des destinations concurrentes nous met vite devant le fait accompli. L’absence d’exploration de ces nouvelles voies de promotion et de marketing confronte la destination à de vraies pertes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *