Agadir : La casbah fait peau neuve

Agadir : La casbah fait peau neuve

Vu l’importance historique de la casbah, la commune urbaine d’Agadir vient de lancer des travaux d’aménagement pour sa restauration. La casbah sera reliée au réseau de distribution d’eau et de l’électricité et sera facilement accessible par une route qui réponde aux normes de sécurité. Les travaux prévus consisteront en plusieurs  points d’intervention. D’abord, la restauration des murailles d’Agadir Oufella. Les amoureux des randonnées et de la marche disposeront  également d’un passage piéton qui leur permettra de faire le trajet à pied. 
Le problème majeur qui consistait en l’absence de point d’eau est résolu. Les travaux d’alimentation en eau d’Agadir Oufella sont aujourd’hui réalisés à 50%. Le coût de l’opération est estimé à un peu plus de 13,6 millions DH.
Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une optique visant à ressusciter la mémoire historique de la ville d’Agadir. Et cela en revalorisant un site mémorial à vocation historique et touristique.
Les remparts et les murailles témoignent encore d’une population, d’une architecture et d’une vie. Les habitants n’auraient jamais cru, de leur vivant, qu’un jour seul ce monument portera la plaie et le signe de leur disparition tragique. La casbah d’Agadir, qui était dans le temps une ville à part entière, est aujourd’hui l’un des endroits les plus visités de la ville du soleil. Les pierres jonchées sur le sol, les murs rasés, et les remparts, sont autant de traces d’un passé et d’attraction pour les touristes d’aujourd’hui. Qu’ils soient nationaux ou internationaux, ces derniers ne résistent jamais à une virée dans cette colline qui surplombe la ville d’Agadir. De cette hauteur qui offre une vue imprenable sur mer et la totalité de la ville, des centaines de visiteurs font leurs pèlerinages chaque soir. Leurs objectifs : profiter de cette vue exceptionnelle que leur offre la ville ancienne d’Agadir. En effet, cette forteresse qui représente aujourd’hui le seul monument de la ville, porte l’histoire d’une ville nouvellement née. La casbah qui fut construite en 1572 au sommet de la colline n’est plus qu’un vaste terrain de pierres et de murs a moitié démolis. Pourtant, la casbah d’Agadir oufella est un point d’escale intégralement inclus dans toute visite programmée en ville. Le charme envoûtant de l’emplacement de cette casbah offre un moment de calme, de sérénité et de méditation pour les amoureux des vues panoramiques. «Je suis originaire de la ville d’Agadir, pourtant je ne me lasse jamais de faire une petite visite à la casbah, le soir ou au moins une fois par semaine. Cette vue exceptionnelle sur le large et la ville toute entière, me coupe le souffle et me permet de méditer et de me calmer tout en prenant l’air frais de la mer», déclare Hamid, l’un des visiteurs assidus du site. Hamid n’est pas le seul à être passionné par Agadir Oufella. Chaque soir des dizaines de voitures prennent la route, destination la casbah. Du  crépuscule à l’aurore, hommes et femmes viennent saisir cette vue imprenable des derniers rayons de soleil qui caressent le ciel en douceur dans un adieu rougeâtre.
Pourtant et malgré son charme et ce pouvoir d’attraction, ce grand monument a été pour longtemps négligé. Ne bénéficiant ni d’électricité ni de route répondant aux normes de sécurité, l’accès à cette forteresse semblait difficile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *