Agadir : La ville cherche à revitaliser son tourisme

Agadir : La ville cherche à revitaliser son tourisme

La ville d’Agadir a abrité le 10 septembre une réunion entre Abbas Azzouzi, directeur général de l’Office marocain national du tourisme, les délégués des ONMT à l’étranger, les membres du Conseil régional du tourisme de la région Souss Massa-Drâa ainsi que les différents responsables du secteur touristique au niveau de la ville. L’objectif étant de débattre des différents moyens de promouvoir cette destination. La réunion, qui a eu lieu au siège de la wilaya d’Agadir, a été tenue  afin de débattre des différents moyens de promotion de la destination  d’Agadir et de renforcer son positionnement. Ainsi, l’état des lieux a été présenté ainsi que les tendances du marché en juillet 2007. Les professionnels se sont, ensuite, attardés sur les problèmes qui bloquent la promotion du tourisme. Ceci afin de garantir une croissance continue à long terme pour cette ville à fort potentiel.
La destination qu’est Agadir  occupe la première place au niveau du produit touristique balnéaire proposé par le Maroc. Elle est dotée d’une offre hôtelière classée d’une capacité de 26.600 lits par rapport à une capacité balnéaire nationale d’environ 50.000, soit 51% du total. Cependant, cette destination doit faire face aujourd’hui aux différentes mutations du marché. Il s’agit notamment de l’émergence d’une nouvelle demande et de la chute du marché britannique qui montrait un grand intérêt pour la destination.
En effet, les touristes britanniques ont enregistré une nette évolution en dix ans : de 1996 à 2006. Ceci, en passant de 16.034 arrivées en 1996 à 76.422 en 2006. Alors que le nombre des nuitées a  évolué pour passer de 143.733 nuitées en 1996 à 611.283 en 2006.
Le nombre des arrivées et des nuitées  au cours de la saison hivernale 2005-2006, par rapport à celle de 2006-2007, affiche une augmentation de + 4,16 % (pour les arrivées) et +4,18 % (pour les nuitées). Les chiffres de la saison d’été 2006-2007 présentent une chute de – 10,40% (pour les arrivées) et de – 15,35% (pour les nuitées). Les différents responsables du secteur devront  donc faire face pour s’assurer un positionnement en force pour la ville d’Agadir.
Lors du débat, plusieurs recommandations devant remédier à cette situation ont été proposées, dont la création d’une délégation qui aura pour objectif de redonner une nouvelle image à la destination, notamment par le biais de visites et d’échanges entre les responsables au niveau de la région et leurs homologues scandinaves.Autre recommandation :l’élaboration d’un plan d’action qui garantit une meilleure promotion de ce secteur d’activité. Ainsi, deux points majeurs doivent être pris en considération, à savoir la mise en place de lignes aériennes et le développement des outils techniques de communication. L’Internet qui donne aujourd’hui lieu à de nombreuses applications marketing doit constituer pour la destination un nouveau canal de marketing direct  pour la commercialisation des produits et services touristiques. L’émergence du e-tourisme (tourisme par Internet) présente un élément de taille qui doit être pris en compte pour instaurer une nouvelle méthode de commercialisation et de promotion. Dans le même cadre, la ville d’Agadir est également en train de renforcer ses capacités en matière d’infrastructures hôtelières. Il s’agit notamment de la création de cinq nouveaux hôtels à l’horizon 2009 d’une capacité totale de 3.000 lits. Les travaux de construction de ces unités sont à un stade avancé. La station de Taghazout, qui est la cinquième station touristique du plan Azur, sera dotée d’une capacité totale de 16.000 lits, alors que d’autres investissements de grandes importances sont en cours de réalisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *