Ahmed Ed-Dadssi : «Nous tablons toujours sur le respect du principe de progressivité»

Ahmed Ed-Dadssi : «Nous tablons toujours sur le
respect du principe de progressivité»



ALM : A votre avis, quelles sont les principales dates qui ont marqué les cinquante années écoulées ?
Ahmed Ed-Dadssi : La CNSS est créée en 1959. En 1961, elle a commencé à gérer le régime obligatoire de sécurité sociale des salariés du secteur privé dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et la pêche. 1981 et 1993 sont respectivement les dates de l’intégration des secteurs de l’agriculture et de l’artisanat.

Quelles sont les prestations fournies par la CNSS ?
Au sujet de ces prestations, septembre 2005 est une date où un bouquet de prestations classiques (allocations familiales, indemnités journalières de maladie et de maternité, l’allocation au décès, les pensions d’invalidité et de vieillesse, etc.) a été concrétisé ainsi que les prestations de l’assurance maladie obligatoire (AMO). Juillet 2008 est aussi une date qui a connu l’élargissement des allocations familiales au profit des salariés du régime agricole. La CNSS, depuis sa création, s’est toujours basée sur un principe évolutif qui s’assigne pour objectifs de faire bénéficier le plus grand nombre de ses partenaires.

Quelle est votre stratégie actuelle qui vous permettra de réaliser les résultats escomptés ?
Soucieux de la pérennisation du système et de la satisfaction de nos partenaires, nous tablons toujours sur le respect du principe de progressivité. Ainsi, après avoir réussi le challenge de la mise en place de l’AMO, notre ambition est l’intégration d’autres populations qui ne bénéficient ni de couverture sociale ni médicale.
Notre but est d’élargir aussi notre couverture à d’autres risques (perte d’emploi, accident de travail, maladie professionnelle…).
Et afin de concrétiser ces objectifs, nous optons toujours pour une politique de proximité (échange d’informations via Internet, produit damancom pour la télé-déclaration et le télépaiement, paiement direct des prestations via le système bancaire…).
Nous tablons aussi sur la création de nouvelles agences dans le but de garantir un service de qualité. Nous comptons beaucoup sur nos partenaires (employeurs et salariés) pour que les prestations bénéficient à un grand nombre de nos partenaires.

Qu’en est–il des salariés du secteur informel et qui représentent 50% de la population active ?
Pour pouvoir récupérer cette population, nous avons procédé à une démarche commerciale qui consiste à informer et à accompagner les employeurs et les salariés dans ce secteur (informel) en leur montrant l’intérêt de leur adhésion à la CNSS qui se traduit, d’abord, par une contrepartie directe, sous forme de prestations, qui ne peuvent que contribuer à une paix sociale, à une stabilité et à une bonne productivité au sein de l’entreprise et par une refonte du système de contrôle, qui exige d’ailleurs traçabilité et transparence.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *