Al Haouz : Pour le développement de l’enseignement

L’importance de l’enseignement préscolaire dans la formation de la personnalité de l’enfant et surtout dans la lutte contre la déperdition scolaire n’est plus à démontrer que ce soit en milieu urbain que dans le monde rural, notamment dans une vaste province comme Al Haouz où ce secteur dispose d’importants atouts qui ne peuvent que contribuer à sa promotion permanente et à assurer son développement. Si l’enseignement préscolaire a été hissé au rang de priorité nationale, à Al Haouz ce secteur ne cesse de bénéficier d’un intérêt particulier notamment de la part des autorités locales et d’une société civile locale active et bien structurée à l’échelle nationale notamment avec un nombre conséquent d’associations qui y sont spécialisées mais également d’étrangers installés dans la région et qui, depuis, réalisent des projets éducatifs ou mènent des actions louables dans ce sens. Ce secteur profite, en outre, de l’existence d’un plan provincial dédié à sa promotion d’une équipe d’encadrants et d’éducateurs d’une expérience confirmée et de grande qualités professionnelles parmi les diplômés, ainsi que de l’implication effective de plusieurs organisations internationales qui soutiennent des projets en matière d’enseignement, de formation et d’apprentissage. Avec 1.074 établissements d’enseignement préscolaire (85% du total) au titre de l’année scolaire 2006-2007, dont 1.000 traditionnels, 21 privés et 53 classes intégrées contre respectivement 6 établissements privés et 21 classes intégrées en 2004-2005, ce secteur semble ainsi réaliser de grandes avancées au point de servir de modèle à suivre à l’échelle nationale. Ce secteur ne cesse de souffrir de certains problèmes, qui rendent nécessaire la conjugaison des efforts de tous les intervenants.
Parmi ces problèmes, la faiblesse des campagnes de sensibilisation en raison essentiellement du déficit en moyens financiers et logistiques, l’absence de coordination entre les différents acteurs concernés, la répartition inégalitaire des établissements d’enseignement préscolaire au niveau de la région et la difficulté pour les enfants issus de milieux défavorisés d’accéder à cet enseignement du fait de l’insolvabilité des parents et tuteurs.

• Samir Lotfy (MAP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *