Beni Mellal : Contraintes et défis autour de l’irrigation des zones agricoles

Beni Mellal : Contraintes et défis autour de l’irrigation des zones agricoles

Les périmètres de petite et moyenne hydraulique de la zone d’action de la DPA de Beni Mellal s’étendent sur une superficie de 42.000 ha répartie en trois strates agro écologiques. Les deux premières zones sont irriguées par les eaux de surface et les réseaux hydrologiques existants (sources et prises au fil des cours d’eau) par la mobilisation d’un volume annuel estimé à 226 Mm3.
La troisième zone (plaine) n’est irriguée que partiellement par les eaux de surface en provenance du piémont (1700 ha). L’exploitation des eaux souterraines par des pompages individuels couvre une superficie de 8000 ha. Le reste, soit 13100 ha sont irrigués d’une manière saisonnière par les excédents des ressources du piémont. Ainsi, les ressources hydriques de la zone sont pérennes pour 28.900 ha et saisonnières pour 13100 ha. Le nombre de périmètres concernés par cette irrigation avoisine 38 périmètres répartis selon les cercles comme suit : El Ksiba : 28 totalisant 18.000 ha, Kasbat Tadla : 4 totalisant 12.600 ha, Beni Mellal : 6 totalisant 11.400 ha. Le réseau d’irrigation primaire et secondaire se développe sur un linéaire de l’ordre de 580 km dont 285 km pour la zone de montagne, 260 pour le piémont et 35 pour la plaine.   Ce réseau est à la base du développement d’une agriculture diversifiée caractérisée par les rosacées en montagne, l’olivier, les agrumes, la betterave à sucre, les fourrages et le maraîchage en plaine.
Cependant, des contraintes pèsent sur la région. En ce sens que les changements climatiques qu’a connus le Maroc ces dernières décennies notamment le phénomène des sécheresses mettent en avant la problématique de la sauvegarde des ressources en eau disponibles et l’obligation de la rationalisation de leur utilisation. Partant de ce constat, le ministère de l’Agriculture a donné une importance capitale à toutes les actions qui visent l’objectif de l’utilisation rationnelle des ressources hydriques. C’est dans cette optique que des programmes de réhabilitation des réseaux d’irrigation ont été initiés et exécutés au niveau des différents périmètres de PMH à travers le Royaume. Cette réhabilitation a contribué à l’amélioration de l’efficience du réseau et ce par l’amélioration de la vitesse de circulation des eaux et la réduction des pertes par infiltration et évaporation. On estime que l’efficience a été améliorée de près de 70%. Si la réhabilitation du réseau a induit une nette amélioration de l’efficience du réseau, est-elle suffisante pour une meilleure valorisation de la ressource en eau de plus en plus rare? Malheureusement dans beaucoup de situation, ce n’est pas le cas. Le comportement des agriculteurs au niveau des parcelles, la non-appropriation de l’entretien du réseau, la non-maîtrise des besoins en eau des cultures et la persistance dans beaucoup de cas des systèmes de droits d’eau contraignant posent encore la problématique de la gestion de la ressource en eau dans beaucoup de périmètres.
Pour le cas des prélèvements sur la nappe ou mobilisation des eaux de surface, l’agriculture marocaine ne peut plus se réserver le luxe de garder les pratiques traditionnelles d’apport d’eau à la parcelle. Les nouvelles techniques de mobilisation de l’eau ont fait preuve d’une économie de la ressource très appréciable avec en plus des rendements des cultures plus élevés et stables. Par ailleurs, la rentrée en vigueur en février 2008 de la décision de l’instauration d’un guichet unique au niveau des DPA et ORMVA et l’assouplissement prévu des procédures et des délais d’octroi des subventions vont certainement avoir un impact accélérateur sur le rythme des réalisations au cours des prochaines années. Cette évolution doit impérativement être accompagnée par des campagnes de sensibilisation et d’encadrement de tous les opérateurs dans ce domaine pour atteindre les objectifs escomptés, à savoir l’utilisation rationnelle de la ressource hydrique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *