Beni Mellal : L’Agence urbaine accélère la cadence

L’Agence urbaine de Beni Mellal s’est engagée aux côtés des acteurs locaux et régionaux du développement dans un processus de redressement des dysfonctionnements constatés surtout au niveau spatial. L’Agence a opté à l’adoption d’une vision globale de l’espace régional, vision qui se réfère à un diagnostic approfondi de l’état des lieux et aux orientations du ministère de l’Habitat et de l’Aménagement de l’espace. l’Agence Urbaine a élaboré et entrepris la mise en œuvre d’une stratégie de travail à même de répondre à la nécessité de planification à long terme, en accordant un intérêt particulier, entre autres, à la généralisation de la couverture en documents d’urbanisme, la mise à niveau spatiale aussi bien en milieu urbain que rural et à la promotion de l’investissement.
Parmi les actions ayant donné leur fruit sur le terrain figure la réalisation et l’approbation de 31 études alors que 18 autres sont en phase d’approbation et 27 en cours d’élaboration dans le cadre d’un partenariat avec les collectivités locales. Dans la même perspective, l’Agence Urbaine a entrepris un ambitieux programme qui a permis la réalisation et l’approbation de deux projets de ville, en plus de l’engagement de la procédure de création de 21 centres émergents.
Dans le même cadre, et en matière de l’amélioration du paysage urbain, l’Agence Urbaine a lancé les études d’ordonnancement architecturaux de deux grandes artères urbaines.  Trois autres études axées sur la sauvegarde et de mise à niveau des tissus anciens sont en cours d’élaboration. Elles concernent la sauvegarde de la médina de Beni Mellal, de Zaouit Ahansal et de Démnate. Et pour disposer de documents de référence, nécessaires aux différentes opérations d’aménagement et de planification, le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’espace préconise la réalisation, en partenariat avec l’Agence Urbaine de Béni Mellal, de la couverture en photos aériennes et la restitution de 15.000 ha moyennant une enveloppe financière de 1,9 millions de dirhams.
Au volet de la gestion urbaine, il y a lieu de noter que le nombre de dossiers de demandes d’autorisation de construire et de lotir traitées par l’Agence Urbaine, ainsi que le nombre des avis favorables délivrés sont en nette progression. Il est passé de 1252 dossiers, en 1998, à 5072 dossiers en 2006, pour les premiers et de 551 à 3936 pour les deuxièmes.
Et pendant les neuf premiers mois de  cette année, l’Agence Urbaine a instruit, au niveau de la région Tadla-Azilal, 4294 dossiers de demandes d’autorisation de lotir, de morceler et de construire, dont 3150 en milieu urbain et 1144 en milieu rural.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *