Beni Mellal : le commerce des figues de barbarie fleurit pendant le Ramadan

Beni Mellal : le commerce des figues de barbarie fleurit pendant le Ramadan

D’après une étude menée par l’équipe du professeur Aziz Hasib, professeur universitaire à la Faculté des sciences et technique de Beni Mellal, portant sur la valorisation des figues de barbarie marocaines, «les jus de ce fruit sont aussi riches en eau et sucre que les autres fruits communs. Il s’agit à parts égales de glucose et de fructose. Les figues de barbarie se caractérisent par une acidité particulièrement faible et des teneurs moyennes en protéines. Parmi les minéraux qu’elles contiennent, le potassium, le phosphore, le calcium, le sodium et le magnésium». Appelée Assabar, Taroumite, Aknaraye, Zaaboul, Karmousse Nsara, Handia ou encore Nopal au Mexique, la figue de barbarie s’adapte aux climats chauds et aux terres arides. A Beni Mellal, le commerce des figues de barbarie prospère pendant le Ramadan. C’est un fruit très convoité par les Mellalis. Situé sur la route qui mène à Sidi Jabeur, le souk de gros des figues de barbarie qui approvisionne le marché de Beni Mellal s’étale sur un terrain vague. Des marchands en provenance, entre autres, de Benguerir, Kelaâ des Sraghna, Bejaâd, Doukkala vendent des figues de barbarie aux détaillants qui sillonnent la ville pour vendre leur marchandise. Par ailleurs, «il y a une différence entre les figues de barbarie. Celles de la région de Rhamna sont rondes et très sucrées alors que celles qui proviennent de Doukkala sont grosses et longues. Mais celles de Guelmim sont les meilleures. Cependant, elles ne sont pas encore mûres maintenant», a expliqué un vendeur des figues de barbarie. Quant aux prix de ces fruits originaires du Mexique, ils varient selon les régions et le degré de maturité. Ainsi, ils oscillent entre 20 DH et 75 DH pour la seule corbeille et une seule figue de barbarie pelée peut coûter entre 15 centimes et 50 centimes. Cependant, lorsque la demande dépasse l’offre, le prix augmente surtout au début du Ramadan. Concernant la consommation des figues de barbarie, Pr Hasib explique que «dans le but d’augmenter la consommation de ces fruits, le secteur de l’industrie agroalimentaire s’est fixé comme objectifs prioritaires de conserver le plus longtemps possible les caractéristiques physico-chimiques et nutritionnelles du produit frais, d’élargir la gamme proposée et fournir des dérivés de haute qualité, en améliorant les techniques de traitement». S’agissant du commerce de ces fruits à Beni Mellal, le nombre de corbeilles varie d’un détaillant à l’autre. «Ceux qui ont beaucoup de clients achètent de trois à six corbeilles de figues de barbarie. D’autres ne dépassent pas trois corbeilles. Et chaque corbeille peut nous rapporter entre 20 DH et 50 DH de bénéfice», a fait savoir ce détaillant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *