Beni Mellal : Pour une lutte efficace contre la déperdition scolaire

Beni Mellal : Pour une lutte efficace contre la déperdition scolaire

Mohamed Dardouri, wali de la région Tadla-Azilal et gouverneur de la province de Beni Mellal, a effectué, mercredi 18 novembre, une visite au douar Igharghar, relevant de la commune de Foum El Ansar. Cette visite a été l’occasion pour inaugurer une école et la maison de l’instituteur. C’était aussi l’occasion de s’enquérir de la réalisation d’un ensemble de projets socioculturels. L’inauguration de l’école entre dans le cadre de la lutte contre la déperdition scolaire en milieu rural.
Le projet a porté sur la construction de deux salles de classe, de la maison de l’instituteur et de la réalisation de la première tranche de la construction d’un Centre socio-éducatif et d’un dispensaire. Le wali a également donné le coup d’envoi à la distribution de 12 bicyclettes aux enfants démunis de la ville de Ksiba et de 45 cartables pour les enfants nécessiteux du douar Igharghar. Pour Ahmed Benzzi, directeur de l’AREF (Académie régionale de l’éducation et de la formation) de Tadla-Azilal, «l’inauguration de ces projets au douar Igharghar est une initiative louable qui va, certes, inciter les élèves à regagner les bancs de l’école. L’opération de la distribution des bicyclettes a été lancée le 18 novembre 2009 à Tadla-Azilal. 480 bicyclettes (230 à Beni Mellal et 160 à Azilal) sont distribuées (12 bicyclettes au douar Igharghar). Les deux salles de classe bénéficieront à 19 élèves du préscolaire et à 45 autres élèves du primaire».
De surcroît, l’AREF de Tadla-Azilal se chargera de l’équipement de la maison de l’instituteur. Notons que plusieurs partenaires se chargeront de la réalisation de ces projets dont l’Association ASIDD (Association pour l’intégration et le développement durable), la wilaya de Tadla-Azilal, l’INDH, l’EAC (Education artistique et culturelle) l’Boulevard et l’AREF de Tadla-Azilal. D’un montant global de 320.000 DH (l’INDH participera avec un montant de 300.000 DH et l’ASIDD avec 20.000 DH), ce projet de grande envergure contribuera à la lutte contre l’abandon scolaire dans un milieu où les conditions climatiques et l’inexistence des infrastructures routières constituent la première cause de la déperdition scolaire. «On manque de tout dans cette région isolée. On n’a ni dispensaire ni école, rien, rien…L’isolement nous a complètement anéantis surtout en hiver quand on se cache dans les tréfonds de nos maisons à cause du froid et de la neige. Maintenant, et grâce aux efforts du wali, de l’Association ASIDD et des autorités locales, on commence à avoir de l’espoir. On a une école, on aura un dispensaire, des terrains de sports pour nos enfants… Nous aimerions avoir de l’alimentation du bétail, de l’eau potable et un docteur vétérinaire». Pour Amale Samie, journaliste et présidente de l’ASIDD, «c’est un grand défi que nous venons de relever dans cette région isolée. On est tenu de commencer la réalisation des travaux avant l’hiver. La wilaya, l’AREF et l’EAC l’Boulevard nous soutiennent dans la concrétisation de ces projets».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *