Beni Mellal : Sensibilisation contre la piqûre de scorpions

Signalons d’abord que toutes les espèces de scorpions sont venimeuses et la quasi totalité de ces insectes redoutables utilise des venins neurotoxiques, à l’exception d’Hémiscorpius lepturus qui a un venin cytotoxique. Si, chaque année au Maroc, le nombre de personnes piquées par des scorpions, surtout pendant l’été, est de 30.000, il est des régions où ces insectes redoutables font un grand nombre de victimes, surtout des enfants de moins de 15 ans. A Tadla-Azilal, à l’instar de la plupart des régions montagneuses du Maroc, on relève un grand nombre de personnes victimes des piqûres de scorpions. «C’est un danger imminent qui nous menace de mort, surtout en été. Il est des personnes âgées qui meurent à cause du venin de ces insectes dangereux parce qu’il y a plusieurs sortes de scorpions. En plus, elles varient selon les régions et surtout selon la nature de la terre où elles vivent : les scorpions de la région de Ouarzazate diffèrent de celles de Kelaa des Sraghna ou de celles de la région de Settat. A Beni Mellal, on les trouve surtout dans dans les terres Bour», déclare Ahmed, un habitant de la région de Beni Mellal. Au niveau de Tadla-Azilal, et dans le but d’améliorer la qualité de prise en charge des patients envenimés, la direction régionale de la santé a récemment organisé une journée de formation au profit de 42 participants, sous le thème «Ensemble pour diminuer les décès intra hospitaliers causés par l’envenimation scorpionique». Cette rencontre a été animée par Mustapha Reddadi, directeur régional de la santé et par une équipe médicale du Centre anti-poison et de pharmacovigilance (CAPM). «L’objectif de cette rencontre est de sensibiliser tous les acteurs concernés sur l’ampleur de cette problématique au niveau régional afin de réduire le nombre de décès intra hospitaliers dus aux piqûres et aux envenimations scorpioniques», a souligné M. Reddadi.
Notons que les thèmes développés au cours de cette journée de formation ont porté sur la stratégie nationale de lutte contre les piqûres et envenimations scorpioniques, sur le système d’information des PES (Piqûres et envenimations scorpioniques), sur leur prise en charge… Pendant le premier semestre de 2008, le nombre des personnes piquées par des scorpions a atteint 500. Mais la même période en 2009 a connu une augmentation de 14% par rapport à 2008 (570 personnes). De surcroît, du premier semestre de 2008 à celui de 2009, le taux de létalité est passé de 1% (5 décès, ce qui représente 20%) à 0,18% (1 cas de décès).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *