Boujdour : Le nouveau port sera prêt en décembre

Boujdour : Le nouveau port sera prêt en décembre

Selon la direction régionale de l’équipement et du transport à Laâyoune, le nouveau port de Boujdour, dont le coup d’envoi des travaux de construction a été donné en mars 2006 par SM le Roi Mohammed VI, sera prêt le mois de décembre pour accueillir les navires et barques de pêche. Une infrastructure qui fera gagner aux armateurs de la pêche hauturière deux jours de navigation par rapport à Tan Tan et trois jours par rapport à Agadir. Comme elle permettra de desservir la région de Boujdour par les caboteurs de marchandises générales. L’objectif étant, selon cette direction, de créer un pôle de développement économique et social dans la ville de Boujdour, améliorer les conditions de travail et de sécurité des pêcheurs et développer la flotte de pêche, voire améliorer son rendement. Réalisé dans le cadre d’un partenariat entre l’Agence de la promotion et du développement des provinces du Sud, le ministère de l’équipement et du transport, ce projet porte notamment sur la construction d’une digue de protection de 724 m, la réalisation d’une traverse de 260 ml, de 150 m de quai à – 5 hydro, de 160 m de quai à – 3 hydro, de 180 m des appontements flottants, la construction d’un plan incliné pour la réparation des bateaux de pêche, l’aménagement et équipement de 8 hectares des terre-pleins, la réalisation d’une route d’accès au port sur une longueur de 330 m, ainsi que les travaux de VRD (réseaux d’eau, électricité, assainissement, etc). L’état d’avancement des travaux est de 70 % alors que les autres infrastructures déjà citées ont été achevées. Dès sa mise en service, ce port devrait renforcer l’aménagement territorial régional à travers la promotion des centres sociaux et économiques installés autour du port outre le développement de la flotte, l’augmentation des pêcheries et la création de nouvelles opportunités d’emploi. Cette structure portuaire devra aider à drainer les investissements, notamment dans le traitement des produits de la mer, ainsi que leur valorisation, contribuer au redéploiement des unités de pêche et alléger la pression sur le reste des ports du Royaume. Ceci étant, le nouveau port de Boujdour est implanté dans une région qui recèle des ressources halieutiques considérables. L’essor économique dans cette région repose essentiellement sur la création d’activités liées à la pêche. Pour favoriser ces développements, l’infrastructure portuaire projetée permettra d’attirer une importante flotte de la pêche, ainsi que des unités de cabotage et de plaisance. Par ailleurs, une zone industrielle sera installée dans ce nouveau port. Le coût d’investissement de cette infrastructure s’élève à 80 millions DH. L’objectif étant l’émergence d’activités industrielles à effet de levier susceptibles de permettre à la province de Boujdour d’assurer le développement économique et social requis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *