Cap-Nord, une réserve de potentialités touristiques à développer, objectif : 2.700.000 arrivées

Cap-Nord, une réserve de potentialités touristiques à développer, objectif : 2.700.000 arrivées

Le nouveau contrat-programme régional Vision 2020 met en exergue la situation exceptionnelle qui caractérise le territoire du Cap-Nord, constitué des cinq provinces de la région Tanger-Tétouan, en l’occurrence Chefchaouen, Fahs-Anjra, Larache, Tétouan et Ouezzane ainsi que les préfectures de Tanger-Asilah et de Mdiq-Fnideq. «Le territoire dispose de plusieurs atouts, se prêtant à trois grands segments touristiques, notamment culturel, balnéaire et nature», a indiqué Imad Barrakad, président du directoire de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT), lors d’une rencontre organisée, jeudi 14 mars, par HEM Tanger dans le cadre de son cycle de séminaires intitulé «L’Université citoyenne».
Par ailleurs, le Cap-Nord est destiné à contribuer véritablement, grâce à la mise en œuvre de 23 projets structurants et 97 autres complémentaires, à faire du Maroc l’une des 20 premières destinations touristiques du monde à l’horizon 2020. Ce territoire offre, outre ses plages, ses anciennes médinas et ses sites archéologiques, «une multitude de ressources d’une grande diversité, à fort potentiel pour le tourisme», a affirmé M. Barrakad.
Ce dernier a poursuivi que ces grandes potentialités doivent être développées pour atteindre, selon la Vision 2020, l’objectif de plus de 2.700.000 arrivées au niveau du Cap-Nord. L’enjeu est de capitaliser sur ses multiples atouts, «la situation géographique et la dynamique économique de la région pour développer une offre structurée autour de la culture, la nature et le MICE (Ndlr : Meetings, incentives, conferencing, exhibitions) spécialisé sur les salons internationaux, tout en proposant une offre balnéaire exclusive et désaisonnalisée», a souligné M. Barrakad.
Tanger et Tétouan, représentant 85% de la capacité litière, sont les principaux pôles touristiques de la région. Elles sont caractérisées par une forte saisonnalité, tributaire du tourisme balnéaire qu’il faut encore développer. Cette saisonnalité «est marquée par une haute saison estivale, avec un pic d’activité pour le mois de juillet qui se reflète clairement sur les performances de la côte balnéaire tétouanaise», a dit M. Barrakad, faisant remarquer que des efforts doivent être mobilisés en vue de trouver «des alternatives de développement complémentaires, à même de lisser l’activité sur toute l’année».
Il est à noter que le développement du tourisme à l’échelle du territoire Cap-Nord s’appuiera sur le lancement et la montée en charge de nombreux projets correspondant à six programmes de la Vision 2020, à savoir «Biladi», «Animations, sports et loisirs», «Azur 2020», «Eco/développement durable», «Niches à forte valeur ajoutée» et «Patrimoine et héritage».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *