Clôture du 4ème Fetsival du théâtre des jeunes

Une dizaine de troupes de plusieurs villes marocaines (Benslimane, Casablanca, Fès, Azilal, Oujda, Taroudant, Chefchaouen, Dakhla, Meknès), ont été présentés à ce rendez-vous, clos dimanche 8 avril en présence du Secrétaire d’Etat chargé de la Jeunesse, Mohamed El Gahs. La pièce primée, mise en scène par Ahmed Sbiaâ, retrace la vie de Britannicus, amoureux de Junie et aimé d’elle, et qui y est la victime des manigances politiques et amoureuses de son demi-frère, Néron, et de sa mère, Agrippine. La ruse et la barbarie, dissimulées sous le masque de la passion, sont victorieuses de l’innocence et de la naïveté de ceux qui voulaient échapper à la logique de l’univers tragique. Le deuxième prix est revenu au club Molière pour le Théâtre Jeunesse (Anfa) pour sa pièce «Six fois six», mise en scène par Anouar Hassani. Le troisième prix a été remporté par le Club Istirada pour le Théâtre Jeunesse (Ben M’Sick) pour sa pièce «Schizophrénie du corps et du péché», de Bouchaâb Kharchouf, mise en scène par Abdelali Fnina. Le prix d’interprétation féminine a été décerné à Khaoula Farhat (club Istirada) et de l’interprétation masculine à Ahmed Ghama (club Molière). Quant au prix du meilleur texte dramatique, il est revenu à Ahmed Karas (club de Benslimane) et le prix de la mise en scène à Abdelali Fnina (club Istirada). Outre ces prix, le festival a notamment primé le jury, le décor, l’éclairage, les costumes et la musique. Cette manifestation, qui couronne la saison du théâtre, constitue le plus grand festival national des jeunes en la matière, à en juger par ses spécificités, son contenu et l’augmentation du nombre des troupes ayant participé à l’évènement, a déclaré Mohamed El Gahs. Le secrétaire d’Etat a noté que le nombre des membres des clubs de théâtre dépasse actuellement les cinq mille adhérents. Depuis deux ans, le département de la jeunesse fait de cet évènement le couronnement de festivals provinciaux où s’effectuent les éliminatoires pour la phase nationale. Ce festival représente l’une des façons de faire place aux jeunes, ainsi qu’une démarche pédagogique et une pépinière pour le théâtre du futur, a souligné M. El Gahs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *