Conférence internationale à Fès : Une meilleure stratégie contre le travail des enfants

Le Syndicat national de l’éducation AOB et UNSA/E de France ont organisé, les 19 et 20 octobre, une conférence internationale autour de la lutte contre le travail des enfants. 
Selon Mohammed Ateche, président de l’association AMJD, le but est de trouver de nouveaux moyens d’intervention dans le domaine de la prévention du travail des enfants. Le programme de la conférence riche en ateliers et en débats, a vu l’organiation d’une table ronde sur l’expérience du programme de prévention du travail des enfants à travers la lutte contre leur déscolarisation.Trois ateliers ont été également à l’ordre du jour autour des thèmes : la question du partenariat et de la constitution d’alliances pour lutter contre la déscolarisation, le soutien pédagogique des enfants qui ont des difficultés scolaires et l’animation de la vie scolaire.
Abdelaziz Mountassir, membre du bureau exécutif de l’International pour l’éducation a indiqué que le taux d’abandon scolaire a sensiblement diminué à Fès. «Grâce à l’action continue des partenaires du programme, nous avons enregistré une nette progression à plusieurs niveaux. Que ce soit le nombre des élèves bénéficiaires d’heures supplémentaires ou qui suivent les cours. Le programme a démontré une véritable réussite», estime-t- il. Au niveau de cinq écoles situées au cœur de Fès, l’expérience a en effet donné ses fruits. De 34 élèves en 2004/2005 (année du début du programme), le nombre d’élèves qui abandonnent les bancs de l’école a diminué à 15 en 2006/2007.
Ce programme compte plus de 30 millions d’adhérents dans 25 pays et a réussi à attirer l’attention de plusieurs acteurs de l’éducation. Institutions gouvernementales, dont le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse, de la Santé et de l’Emploi, ainsi que des associations comme Bayti et l’AMJD participent activement à la concrétisation de ce programme au niveau national. Le programme fait appel à une intervention directe sur plusieurs fronts : l’école, les familles et les enseignants. Parmi les activités du programme, l’établissement de fiches de diagnostic et de suivi pour chaque enfant à risque, l’organisation d’activités sportives, artistiques de sensibilisation et d’information et visites médicales.
Le programme organise également des visites des familles et des ateliers de sensibilisation dont ont bénéficié presque 200 familles. Un programme d’élargissement est en cours pour en faire bénéficier d’autres régions : Tanger-Tétouan, Marrakech-Tensift-El Haouz, Abda-Doukkala et Meknès-Tafilalet.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *