Conseil municipal de Laâyoune : Un excédent de 53 MDH à fin février

Conseil municipal de Laâyoune : Un excédent de 53 MDH  à fin février

Lors de sa session ordinaire du mois de février tenue récemment et présidée par Moulay Hamdi Ouled Rachid, président du conseil municipal de Laâyoune, et en présence du représentant de l’autorité locale, le conseil a procédé à la programmation de l’excédent budgétaire qui dépasse les 53 millions DH et qui seront consacrés à la réalisation d’un ensemble de projets dans la ville de Laâyoune.
Il s’agit de la réalisation d’un projet en partenariat avec la direction régionale du Haut-commissariat aux eaux et forêts de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et qui porte sur la protection de l’environnement à l’entrée nord de la ville, avec la création d’une ceinture verte et l’implantation d’arbres dans cet endroit et son équipement en système d’irrigation goutte-à-goutte, ainsi que sa réhabilitation à travers la construction d’une clôture et d’un circuit sportif et l’aménagement d’un espace pour enfants.
Cet excédent sera également affecté à l’achat de matériel de kinésithérapie au profit des deux hôpitaux de Laâyoune, à savoir Hassen Bel El-Mehdi et Hassani II et ce pour élargir la capacité d’accueil de ces deux établissements sanitaires. Ainsi que l’achat d’appareils au profit du Croissant-Rouge marocain.
Lors de cette session il a également été procédé à la signature de plusieurs conventions avec notamment le ministère de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville et l’Agence du Sud pour l’aménagement de plusieurs places publiques de la ville de Laâyoune et le renforcement de l’éclairage public.
M. Ouled Rachid a passé en revue les récents projets réalisés dans la province de Boujdour, notamment en matière de routes, d’eau potable et d’assainissement et qui verra la création d’une deuxième station de dessalement de l’eau de mer ainsi que le secteur de l’habitat. Selon lui les services de la municipalité sont disposés à collaborer avec les services extérieurs des ministères afin d’insuffler une nouvelle dynamique au processus de développement dans la région.
Le président du conseil municipal de Laâyoune a également procédé à la présentation de l’état d’avancement du chantier de qualification urbaine de Laâyoune et qui voit l’injection d’une enveloppe qui dépasse les 500 millions de dirhams financés grâce à plusieurs conventions de partenariat. Ce chantier porte sur l’aménagement du boulevard Route Smara, la réalisation d’un méga-centre des conférences, aménagement de la place Oum Saâd, la construction d’une piscine internationale et d’autres espaces de loisir.

Pour célébrer la Journée mondiale de la femme, la ville a choisi de fêter ses femmes poètes qui ont brillé sur la scène locale et nationale.

Dans ce cadre, le siège de la direction régionale de la culture de Laâyoune a abrité, vendredi dernier, une cérémonie initiée par le forum Idafaa pour rendre hommage aux femmes poètes issues de cette région et mettre en valeur le parcours de ces grandes dames qui représentent un modèle pour les jeunes Marocains ambitieux.
Ainsi un hommage particulier a été rendu à la poètesse Oum Al Fadl Maa Ainaïn, native de la ville de Laâyoune, et qui a déjà publié deux recueils de poésie alors que le troisième est en cours de préparation, ainsi que la poètesse Mariem Ben Bakhta originaire de la ville de Casablanca. Ces deux poètesses ont ravi l’assistance par certains de leurs beaux poèmes.   
Cette soirée artistique et culturelle a été caractérisée par la présence de poètes de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra venus présenter leurs témoignages des expériences des femmes poètes de cette région, et qui ont sublimé les auditeurs par des textes et vers puisés dans le riche patrimoine de la poésie hassanie, le tout dans une ambiance conviviale.
«Cet hommage a pour but de mieux faire connaître la finesse de la poésie des femmes poètes et la beauté de leurs œuvres, et partant contribuer à l’enrichissement de la scène culturelle locale. C’est également un hommage à la poésie féminine, qui est une des composantes les plus importantes de l’héritage culturel du sud du Maroc, qui reflète les traditions et les mœurs ainsi que les préoccupations modernistes des habitants de cette région», explique Mohamed Imam Maa Ainaïn du forum Idafaa. Et d’ajouter que cette initiative a pu mobiliser un parterre d’intellectuels ainsi que de jeunes poètes en herbe qui sont venus massivement pour célébrer la Journée mondiale de la poésie. Ce choix porté sur la femme poète n’est pas le fruit du hasard. Dans les provinces du Sud du Royaume, la poésie féminine constitue une des formes essentielles de la tradition orale gardée bien vivante et qui continue d’imprégner la vie quotidienne des habitants des provinces du sud à travers des représentations données par des chanteuses et musiciennes professionnelles.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *