Consommation : la sonnette d’alarme

Consommation : la sonnette d’alarme

«Le consommateur marocain, en général, ne proteste que mollement contre les prestataires et commerçants qui ne respectent. pas la loi», affirme le président de la Ligue nationale de protection des consommateurs (LNPD), Bel Mahi Mohamed, pour qui «la protection et le préservation des droits et intérêts des consommateurs marocains imposent plus que jamais le respect de leurs droits». Dans une déclaration à ALM à l’occasion de la Journée internationale des droits du consommateur célébrée le 15 mars, Bel Mahi Mohamed rappelle que le Maroc a mis en place «un arsenal juridique comportant notamment les codes et lois régissant la concurrence et la lutte contre la fraude, en somme un cadre global de droit économique».
Pour lui, le secteur des services «reste le parent pauvre de ce processus car.il n’a pas fait l’objet d’une stratégie de mise à niveau et ne bénéficie pas des mesures» accompagnatrices permettant au consommateur marocain d’effectuer ses choix et de disposer des prestations des services à la hauteur de ses aspirations.
«La ligue, dit-il, tire la sonnette d’alarme par rapport à l’anarchie qui règne dans les marchés marocains et qui menace la vie des consommateurs marocains». Le président de la LNPD explique que compte tenu des «carences» constatées dans le domaine de la protection du consommateur, «il est grand temps de mettre en place des actes concrets pour la protection de ce dernier». Il a également déploré le manque de campagnes d’information et de sensibilisation dans ce domaine, précisant que les consommateurs ou les réceptionnaires des services «manquent de toute expertise pour exercer le choix judicieux face au phénomène de la publicité mensongère et les ventes agressives». Le président de la Ligue fait observer que «les consommateurs marocains ne bénéficient pas de la liberté de choix, subissent et se taisent» et avertit qu’ils sont «confrontés à de sérieux problèmes liés à la multiplication des documents quotidiens et à la technicité croissante de leur contenu et, par conséquent, doivent être en mesure d’en comprendre la portée et saisir les nuances des clauses qui leur sont soumises».
M. BelMahi souligne que les citoyens marocains «doivent réclamer la mise en place d’un programme intégré pour l’amélioration de la qualité des services offerts par la création d’entités organisationnelles qui supervisent et contrôlent l’accord des autorisations octroyées et la qualité de la prestation présentée au consommateur». Il n’a pas manqué de rappeler que depuis sa création, la Ligue nationale de protection des consommateurs a participé à la vulgarisation de la culture de la protection des consommateurs et le choix de la ville de Meknès comme siège de la Ligue est venu du fait que cette cité impériale était depuis les années 80 «une terre fertile et la cible des personnes qui ne respectent pas la loi».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *