Dakhla : 300 MDH pour le développement urbain de la ville

La convention relative au programme de développement urbain de Dakhla a été récemment signée en présence de tous les acteurs concernés par ce programme promettant de changer la ville de Dakhla. Ce programme initié par la wilaya de Oued Eddahab-Lagouira et l’Agence du Sud alloue un montant de 300 millions de dirhams, pour répondre aux principaux dysfonctionnements constatés au niveau de la ville, notamment le caractère désarticulé du tissu urbain et la faible qualité du paysage urbain qui nuit beaucoup à l’image de la ville. Selon Ahmed Hajji, directeur de l’Agence du Sud, le montant consacré à ce programme montre la volonté de confirmer cette ville en tant que porte du Maroc sur l’Afrique et capitale d’un vaste espace régional en pleine mutation économique.
Le programme de développement urbain contribuera à développer les potentiels non valorisés en dynamisant l’économie locale, l’affirmation de l’identité de la ville par la mise en valeur d’éléments du paysage urbain, mais aussi renforcer la cohésion sociale. En se concentrant à la fois sur les perspectives d’aménagement, les infrastructures, la capitalisation sur les moyens, l’économie de l’espace et la cohésion sociale.
Les actions à engager dans ce programme porteront sur 5 axes. Le premier concerne le tissu associatif, à travers l’intégration des quartiers sous équipés dans un tissu urbain de qualité, le parachèvement de l’aménagement de la corniche, ainsi que le rehaussement de la valeur architecturale et urbaine des espaces publics en créant des places et des jardins publics.
S’agissant du deuxième axe, il porte sur le désenclavement, en ouvrant la ville sur sa façade atlantique à travers un réseau de voies transversales et la mise en place d’une voie dorsale longeant l’océan. Le troisième axe est relatif à la mise en place d’équipements structurants, par la mise en place et l’opérationnalisation d’un réseau exceptionnel d’équipements collectifs.
Le quatrième axe a trait à l’aménagement de zones d’activités économiques et industrielles via l’achèvement et l’équipement de la zone industrielle et la création d’une zone d’activités économiques.
Quant au cinquième axe, il concerne la protection de l’environnement par la réalisation d’une étude sur la vulnérabilité de la baie et l’aménagement du parc régional.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *