Dakhla : Extension de la serriculture

Selon des statistiques fournies par la direction provinciale de l’agriculture  à Dakhla, la superficie agricole servant essentiellement à la production de fruits et légumes de primeurs se répartit en sept grands périmètres équipés de systèmes hydro-agricoles développés, ce qui a engendré des productions hors sol de grande qualité et contribué, en conséquence, au développement du rendement à l’hectare, se situant à titre d’exemple entre 120 et 220 tonnes pour les tomates, entre 50 à 60 tonnes pour les melons et les concombres, et à 100 tonnes pour les poivrons.
Ces indicateurs dépassent les moyennes enregistrées au niveau national, selon la même source, qui précise que la production globale en primeurs dans la région s’élève à 35.000 tonnes par an, dont 20.000 tonnes de tomates, 12.000 tonnes de melons et 2.000 tonnes de concombres.
Cette évolution conséquente de la production agricole a été dopée par les investissements importants injectés dans le secteur, ce qui a permis l’émergence des cultures sous serres, dotées de techniques de pointe, et en mesure de relever le défi de la compétitivité, en matière de rendement et de qualité des produits, et favorisant la création de nouvelles opportunités d’emploi et d’investissement à haute valeur ajoutée.
Ainsi, l’agriculture est devenue un secteur en plein essor et s’est érigée en principale activité socio-économique des populations de la région d’Oued Eddahab-Lagouira.
Il ressort des données de l’ADP que le secteur de la culture des primeurs emploie 6.000 personnes dont 2.500 travailleurs permanents et 3.500 saisonniers.
Le développement des investissements dans le secteur agricole dans la région s’explique essentiellement par le climat tempéré qui prévaut toute l’année dans la zone concernée, l’existence d’une nappe phréatique exploitable et l’éloignement des sources de pollution, selon la même source.
La région se caractérise par des températures clémentes et constantes se situant autour de 20 C. L’ensoleillement ininterrompu durant toute l’année permet aux fruits et légumes de la région d’atteindre leur maturité de 2 à 3 semaines avant ceux cultivés dans d’autres régions agricoles du Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *