Dakhla : Le droit à l environnement et sa contribution à la promotion de la citoyenneté

Dakhla : Le droit à l environnement et sa contribution à la promotion de la citoyenneté

Le droit à l’environnement a été au centre d’une rencontre organisée récemment à Dakhla par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) .
Ce colloque a réuni des intervenants dans le domaine de l’environnement, dont des représentants des organismes compétents, publics et privés, des élus, des universitaires, des ONG actives dans les domaines des droits de l’Homme et du développement durable, en plus de représentants des commissions régionales du CNDH et d’organisations internationales de la France et de l’Espagne.
Cette rencontre tenue sous le thème : «Pour l’effectivité du droit à l’environnement» a permis de faire ressortir les différentes dimensions liées au droit à l’environnement et de mettre en évidence sa contribution à la promotion de la citoyenneté, en tant que droit essentiel intimement lié aux autres droits à caractère économique, social et culturel. Et lors de laquelle l’accent a été mis sur la nécessité de circonscrire la notion de «droit à l’environnement» et les champs d’intervention qu’elle recouvre.
Selon un communiqué du CNDH, la thématique du colloque a tourné autour de «la corrélation entre le droit à l’environnement et les autres droits humains», «le droit à l’environnement et le droit international», «le droit à l’environnement, quels modes de gouvernance, quels acteurs et quelles approches».
Et d’ajouter que cette rencontre a dressé un état des lieux des droits environnementaux par secteur d’activité, dont l’urbanisme, la santé, l’eau et l’assainissement. Elle a permis d’échanger des expériences autour de cette thématique entre les parties prenantes impliquées dans les secteurs de l’environnement public et privé, les ONG et les experts et de présenter les bonnes pratiques en la matière.
Le communiqué note que le concept de droit à l’environnement est apparu, pour la première fois, sur le plan international avec la déclaration adoptée à Stockholm, en juin 1972, à l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement. Il a été consacré progressivement par d’autres conventions internationales ou dans le cadre de Constitutions et de lois nationales.
Et de rappeler que le Maroc a consacré explicitement dans l’article 31 de la Constitution, le droit à un environnement sain en même temps que le droit à l’accès à l’eau et au développement durable. En vertu du même article, l’Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales sont appelés à œuvrer à la mobilisation de tous les moyens disponibles pour faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir desdits droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *