Dakhla: Renforcement des structures de formation

Dakhla: Renforcement des structures de formation

Le wali de la région d’Oued Eddahab-Lagouira Hamid Chabar, accompagné d’une délégation officielle composée d’élus locaux et membres de la société civile, s’est enquis récemment du déroulement des études au sein du noyau de l’Institut de formation aux carrières de santé qui vient d’ouvrir ses portes devant les bacheliers de cette région, qui ne seront plus obligés de se déplacer à Laâyoune située à 600 km au nord de Dakhla pour poursuivre leurs études supérieures dans ce domaine. Plusieurs filières verront le jour au fur et à mesure que les besoins seront identifiés par les responsables de cet institut. Ainsi, 30 étudiants issus de cette région suivent actuellement leurs études dans cet institut qui fait partie du réseau des instituts de formation des professionnels de santé relevant du ministère de la santé, et qui a une vocation régionale et nationale. La durée des études est fixée à trois ans.
Depuis 2000, l’Institut de formation aux carrières de santé (IFCS), créé pour la première fois à Laâyoune, était le seul à desservir les provinces du Sud. Chaque année, il recrute 50 élèves infirmiers polyvalents, et on compte actuellement 115 étudiants infirmiers polyvalents en formation et 14 enseignants avec un taux d’encadrement de 12,5%. Dans le cadre du renforcement de l’appareil de formation dans la région du Sahara, un nouvel IFCS est en cours de construction, pour une enveloppe de 6,6 millions de dirhams. Rappelons que depuis novembre 1975, date de la réintégration de la région du Sahara à la mère-patrie, l’infrastructure sanitaire au niveau de ces provinces a connu un développement remarquable. Hormis la province de Laâyoune, qui disposait d’un seul hôpital, Dakhla et Smara ne disposaient que de dispensaires urbains. En matière de soins ambulatoires et depuis cette date, le nombre d’établissements de soins de santé de base (ESSB) est passé de 10 à 50 au début de l’année 2006, soit une augmentation de 500%. Ces réalisations ont permis d’enregistrer une moyenne de desserte de la population de ces provinces de l’ordre de 9.260 habitants par EESB et de 874 habitants par lit hospitalier. Les structures hospitalières, quant à elles, sont passées d’un seul hôpital de 114 lits à Laâyoune à 5 dont la capacité litière totalise 530 lits répartis sur les autres provinces: deux hôpitaux d’une capacité totale de 374 lits à Laâyoune, un hôpital dans chacune des villes de Dakhla, Boujdour et Smara de 53, 36 et 67 lits respectivement.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *