Dakhla : Vers l’amélioration de la production cameline

Dakhla : Vers l’amélioration de la production cameline

Considéré comme l’un des secteurs à forte valeur ajoutée dans les provinces du sud du Royaume, l’élevage dans la région d’Oued Eddahab-Lagouira verra le lancement d’une série de projets d’un coût total de 8 millions de dirhams. Des projets qui seront destinés au développement et à la mise en valeur des produits agricoles du terroir en l’occurrence le lait et la viande cameline qui sont très consommés localement. Ainsi, cet investissement entre dans le cadre de la mise en œuvre du plan agricole de la région d’Oued Eddahab-Lagouira qui est financé par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime. Les actions de ce plan porteront sur la réalisation et l’équipement de deux unités pour la production du fromage du lait de chamelle et de la viande cameline séchée. D’après la direction régionale de l’agriculture de Dakhla, ce projet qui vient en aide aux éleveurs de la région s’inscrit dans le cadre d’un programme global du Plan Maroc Vert doté d’un montant de 100 millions de dirhams. Etalé sur plusieurs années, ce plan vise le développement de l’élevage des dromadaires qui est très pratiqué dans cette région et qui tient une place prépondérante dans son économie. La même source ajoute que la production annuelle de lait camelin au niveau de la région d’Oued Eddahab-Lagouira s’élève à quelque 4 millions de litres contre seulement 600 mille litres du lait bovin. Alors que la production de la viande rouge est estimée à 258 tonnes. A son tour, la production de laine s’élève à 2,5 tonnes par an. Le nombre de camelins, quant à lui, s’est considérablement développé. Leur effectif total était de l’ordre de 600 têtes en 1979 et 18.000 têtes en 2000 pour atteindre aujourd’hui plus de 25 mille têtes contre 40 mille têtes pour les ovins, 30 mille pour les caprins, 300 têtes pour les bovins et 40 têtes pour les Autriches. Au moment où les parcours dépassent les 13 millions ha. Pour rappel, le lait et la viande cameline ainsi que leurs dérivés sont très demandés sur le marché local et occupent une place de choix dans le menu des ménages issus et installés dans les régions du sud du Royaume. Comme ils sont considérés comme des aliments majeurs, tant pour leur qualité nutritionnelle que pour leur valeur symbolique. Parallèlement, différentes actions de sensibilisation et d’information sont entreprises régulièrement au profit des éleveurs de cette région sur les méthodes et les moyens destinés à protéger la santé du bétail et à développer la productivité du cheptel. Ces éleveurs bénéficient également d’une batterie de mesures d’aide pour atténuer les effets de la sécheresse sur leurs troupeaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *