Dakhla : Vers une meilleure accessibilité des handicapés aux bâtiments publics

Dakhla : Vers une meilleure accessibilité des handicapés aux bâtiments publics

La Commission régionale des droits de l’Homme de Dakhla-Aousserd s’est penchée récemment sur la situation des handicapés lors d’une journée d’étude tenue à Dakhla qui a mis l’accent sur la nécessité d’une meilleure accessibilité aux bâtiments publics, immeubles d’habitat et moyens de transport.
Initiée en collaboration avec la Fédération des associations des personnes à besoins spécifiques de la région Oued Eddahab-Lagouira, cette rencontre a connu la participation d’une dizaine d’associations et représentants des organismes publics concernés venus échanger leurs points de vue concernant la problématique de l’accessibilité.
Selon les organisateurs, l’objectif de cette journée d’étude est de s’arrêter sur les accessibilités dans la région, et de réfléchir aux moyens et mécanismes d’appuyer l’effort collectif pour promouvoir les droits des personnes en situation de handicap. Pour eux il est primordial d’assurer l’adaptation des immeubles et des logements aux personnes à mobilité réduite ou handicapées, garantissant ainsi à ces personnes la jouissance et l’exercice de leurs droits légitimes ainsi que le respect de leur dignité.
Les participants ont insisté sur le développement d’une approche intégrale prenant en charge les dimensions sanitaires, psychologiques, sociales et professionnelles pour résoudre cette problématique, afin de permettre à cette tranche de la population de se déplacer sans assistance, aussi bien dans leur habitat que dans l’espace public et de s’ouvrir sur le monde extérieur. Ils ont également insisté sur la nécessité de sensibiliser toute la société à cette question insistant sur le rôle des médias audiovisuels et écrits.
Selon eux, il est nécessaire de prendre en considération, dans tout projet de bâtiment, des dispositions techniques particulières facilitant l’accessibilité aux personnes handicapées. Elles ont de même plaidé pour l’adoption du langage des signes dans les bulletins d’information télévisuelle et dans certaines émissions culturelles et récréatives, ainsi que pour la mise en place de panneaux d’indication à même de faciliter la vie aux personnes handicapées.
Rappelons que le Maroc a été, en avril 2009, l’un des premiers pays signataires de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées et du protocole facultatif s’y rapportant. Le Maroc compte 1,5 million de handicapés, soit 12,5% de la population.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *