Débat national sur l’eau

Le programme de cette rencontre, qui revêt une grande importance, comprend des ateliers et des séances plénières qui réuniront autour d’une même table décideurs, acteurs locaux, usagers, secteur privé, chercheurs et société civile. Ces participants se pencheront sur cette problématique cruciale, notamment dans le bassin hydraulique Drâa-Guelmim dont la nappe phréatique s’épuise de plus en plus.
Organisée par le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement, cette rencontre sera également une occasion pour réfléchir sur des solutions à même de préserver les ressources hydriques et de mettre fin à la surexploitation de la nappe dans cette zone aride. Les participants plancheront, en outre, sur l’envasement des retenues des barrages de la région, dont le barrage Bounou et Al Mansour Addahbi, ce dernier bénéficie actuellement d’un programme d’aménagement de ses bassins versants situés dans les montagnes du Haut Atlas, notamment le Tichka, Ighrem et Télouat.
La loi 10/95 sur l’eau et surtout les procédés de sa mise en exécution optimum seront, par ailleurs, au coeur du débat qui s’assigne pour objectifs la sensibilisation à l’utilisation rationnelle de l’eau et le partage des connaissances sur l’état des lieux, la gestion et la politique de l’eau et la mise en place de nouveaux mécanismes et stratégies visant à repenser autrement la politique de l’eau.
Marqué par un climat aride ou pré-saharien où la température bénéficie de l’influence océanique, le bassin de Drâa-Guelmim est composé de deux grandes unités hydrauliques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *