Débat sur la gestion intégrée des ressources en eau en région méditerranéenne

Débat sur la gestion intégrée des ressources en eau en région méditerranéenne

«La gestion intégrée des ressources en eau en région méditerranéenne» est le thème d’une conférence internationale organisée, du 19 au 22,  par l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, Complexe horticole d’Agadir en collaboration avec l’Union européenne. Un événement qui tombe à point nommé puisque la région de Souss-Massa-Drâa tente de mettre en avant tous les outils susceptibles de conserver ses ressources en eau. En effet, l’épuisement des ressources en eau souterraine, les déficits que connaît la nappe phréatique de la région sont autant d’éléments qui sonnent le glas. Ceci étant, l’un des objectifs de cette rencontre est de promouvoir le dialogue entre les différents centres de recherche, gouvernements, agences de bassins hydrauliques, usagers de l’eau ainsi que les pouvoirs publics qui mobilisent cette ressource. C’est pourquoi le comité euro-méditerranéen de suivi de partenariat des sciences, de technologie et d’innovation a identifié la gestion intégrée comme axe principal de cet événement. Cette rencontre vise également à assurer une large diffusion des solutions retenues en vue de faire converger les politiques euro-méditerranéennes concernant le secteur de l’eau sur la base de recommandations émanant d’un réseau de directives sur l’eau. Par ailleurs, cette conférence permettra l’amélioration de la planification et du management des ressources en eau dans des conditions caractérisés par un grand déficit en eau ainsi que la promotion d’un développement durable au niveau de la région méditerranéenne. Notons que cet atelier regroupe 200 participants représentant les 46 partenaires du projet MELIA. Ce qui prépare une réelle plate-forme d’échange où sont conviés des experts, chercheurs, décideurs, organismes internationaux, consultants de 27 pays de l’Union européenne, ainsi que les pays de la Méditerranée (Turquie, Algérie, Tunisie, Egypte, Syrie, Liban, Jordanie, Palestine et Maroc) et d’autres pays dont on note les Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Soudan, Yémen, Etats-Unis d’Amérique, Nigéria, Togo et Haïti.  Le programme de cet atelier comprend cinq sessions où sont présentées et discutées une quarantaine de recherches scientifiques. Des visites techniques et des tables rondes sont également au rendez-vous.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *