Des cartouches dans une école primaire

Dans un quartier populaire d’Inezgane se trouve l’école Oum Al Mouminine, établissement de l’enseignement primaire fréquenté par les enfants du quartier. Tous les jours, les enfants suivent le rythme normal d’une journée à l’école, normalement répartie entre étude et récréation pour jouer et se préparer à une nouvelle séance. Mais, ce matin du 9 avril dernier va s’avérer tout à fait différent aussi bien pour le corps enseignant que pour les élèves de cette école.
La matinée commence par un étrange constat. Il semblait que des voleurs aient profité des vacances pour faire une petite visite à l’école: affaires éparpillées, une somme d’argent dérobée dans le bureau du directeur et la maison de fonction de ce dernier n’a pas été épargnée. «Quand je suis arrivé, la matinée du lundi 9 avril, j’ai constaté que la maison qui m’était consacrée au sein de l’école et que je n’habitais pas a fait l’objet d’une intrusion de même pour mon bureau et d’autres salles de cours. J’ai trouvé des affaires éparpillées partout», déclare le directeur de cette école. «En faisant l’état des lieux, je me suis rendu compte qu’une somme d’argent a été dérobée du tiroir de mon bureau», poursuit-il. Se rendant compte du vol, le directeur se présente chez la police pour déposer une plainte, mais il n’est pas au bout de sa peine. Le directeur reste bouche bée à son arrivée à l’école vers le coup de dix heures. «Je venais de déposer une plainte pour vol et je m’apprêtais à mettre de l’ordre dans mon bureau et me consacrer aux tâches quotidiennes quand un enseignant entre dans mon bureau pour me présenter deux balles», déclare-t-il. Les deux balles avaient été trouvées, selon ledit enseignant, par des élèves de l’établissement dans la cour alors qu’ils étaient en train de jouer, en pleine récréation.
La gravité de l’affaire incite le directeur à téléphoner de nouveau à la police pour l’avertir. La police se présente illico sur les lieux pour effectuer une fouille dans l’enceinte de l’école. Enseignants, directeur et éléments de la police essaient de rassembler des informations auprès des élèves. C’est à ce moment-là que des enfants ont pris les devants pour affirmer que, lors des vacances et alors qu’ils étaient en train de jouer aux alentours de l’école, ils ont vu deux jeunes hommes, âgés d’une vingtaine d’années et munis de deux sacs, balancer quelque chose au sein de l’école. Les enfants arrivent même à préciser l’endroit exact, selon les déclarations du directeur. Les éléments de la police se rendent alors sur le toit de l’endroit déjà cité par les enfants et se retrouvent devant une cinquantaine de cartouches.
Pour sa part, une source bien informée a affirmé que lesdites cartouches sont de deux catégories : des cartouches pour simples pistolets et des cartouches pour les fusils de la marque "Kalachnikov". Une enquête est toujours en cours pour tirer cette affaire au clair et notamment pour retrouver les deux jeunes en question.
L’affaire des cartouches retrouvées dans cette école a suscité une grande consternation parmi les parents d’élèves. La jeune maman d’une fille inscrite dans cet établissement ne cache pas son appréhension. «Je suis secouée par le fait qu’on ait retrouvé des cartouches au sein de l’école, mais ce qui me bouleverse le plus, c’est comment peut-on se débarrasser d’objets aussi dangereux dans une école primaire et les mettre ainsi à la portée de petits enfants», s’insurge-t-elle.
D’où proviennent ces cartouches ? Quelle est l’identité des deux jeunes hommes ? Le vol a-t-il une relation avec les cartouches retrouvées ou est-ce juste une pure coïncidence ? Les policiers ont encore du pain sur la planche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *