Deux décennies de coopération : Les Champenois au service de l Oriental

Deux décennies de coopération : Les Champenois au service de l Oriental

Dans son développement socio-économique, la région de l’Oriental ne fait pas cavalier seul. Que ce soit dans les domaines agricole, artisanal, patrimonial ou autres, cette région s’est inscrite dans un processus d’appui et de mise en place de projets novateurs grâce à une coopération étroite entretenue entre le Conseil régional de l’Oriental et celui de la Région Champagne-Ardenne (France, ndlr) depuis plus d’une vingtaine d’années.
Tout en accompagnant la stratégie de développement de l’Oriental, cette coopération régionale franco-marocaine apporte gros à la région. En mai 2012, Oujda a vu l’inauguration d’un Observatoire régional de l’agriculture dans la région de l’Oriental, en présence notamment des présidents des conseils régionaux de l’Oriental et de Champagne-Ardenne. Compte-tenu de l’importance de l’activité économique de la région, cet Observatoire assurera l’évaluation et le suivi en temps réel des projets de développement de l’agriculture. Ce projet ambitionne également de servir de tableau de bord à la fois pour  les décideurs et les agriculteurs dans la mesure où il assurera une veille stratégique du secteur et fournira aux agriculteurs les données et conseils nécessaires pour l’amélioration de leurs activités. Outre la mise en place dudit Observatoire, le partenariat en question a poussé à grands pas le processus de commercialisation et de reconnaissance qualitative de plusieurs produits du terroir en les labellisant, on en cite notamment les dattes «Aziza» qui proviennent de Figuig et la clémentine de Berkane qui s’est vue attribuer son label IGP (Indication géographique protégée).
Parallèlement à cela, et dans une vision de contribution à la reconnaissance de son patrimoine culturel, plus de 290.000 euros ont été mobilisés pour mener à bien un projet de recensement et de valorisation de ce patrimoine de cette région. A ce titre, Mohamed Zaoui, délégué général de l’Agence régionale de coopération et de développement de Champagne-Ardenne au Maroc (ARCOD), précise que le recensement de ce patrimoine «permet de définir les conditions d’un renforcement des infrastructures culturelles de diffusion de la région et de l’amélioration de l’accès de la population locale aux structures culturelles et aux patrimoines». Il est à noter également que dans le cadre de ce même programme de coopération décentralisée, un projet d’assainissement estimé à 500 .000 € est prévu. Ce grand chantier auquel contribue la région Champagne-Ardenne permettra à des populations isolées un accès à l’eau potable et l’éventuelle création  de micro stations d’assainissement.
Mise à part les axes cités, d’autres projets à vision éducative et culturelle s’entretiennent entre les deux régions. Il s’agit notamment de programmes d’échanges universitaires, d’autres entre lycées agricoles, de l’accueil de stagiaires de la région Champagne-Ardenne dans des établissements de l’Oriental ou encore des actions mettant en valeur le théâtre et l’art visuel. Il est à noter à ce titre que, contexte international oblige, la culture biologique et le développement durable prennent du terrain et occupent une place prépondérante dans la politique d’appui nouée entre les deux régions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *