Dr Aicha Zouhair : «Entre 50 et 80% des diabétiques jeûnent»

Dr Aicha Zouhair : «Entre 50 et 80% des diabétiques jeûnent»

ALM : En tant que présidente de l’ADBM, quelles mesures avez –vous prises pour lutter contre le diabète pendant le Ramadan ?
Dr Aicha Zouhair : Pour lutter contre le diabète, on a surtout opté pour la sensibilisation et la prévention en matière de contrôle du régime alimentaire, prise des médicaments, gestion du diabète, etc. De surcroît, l’Association des diabétiques de Beni Mellal (ADBM), dont je suis la présidente, a organisé des réunions, des rencontres à Beni Mellal en collaboration avec la Fédération marocaine de diabète pour que la sensibilisation contre cette maladie donne ses fruits.
L’Association a également distribué des médicaments et des appareils aux personnes les plus démunies pour le contrôle de la glycémie.

Quels conseils pourriez-vous donner aux diabétiques pendant le Ramadan?
La plupart des diabétiques observent le Ramadan même si le médecin le leur interdit. Entre 50 et 80% des diabétiques jeûnent. Il faut donc que les familles aident le médecin à convaincre le malade de ne pas jeûner. Il y a des diabétiques qui ont des complications graves comme ceux qui font de l’insuline ou ceux qui font de 3 à 4 injections par jour. Il faut aussi contrôler sa glycémie pendant le Ramadan, respecter les conseils du médecin. Et à partir de l’âge de 40 ans, il faut faire beaucoup de glycémie sans attendre l’apparition des symptômes du diabète.

Et pour ce qui est du repas du Ftour ?
Il faut éviter les sucres rapides, les jus sucrés. Il faut prendre beaucoup d’eau le soir. Et il faut surtout manger des légumes et un peu de pain complet, éviter tous les sucres, les fritures et les viandes. Il faut respecter l’intervalle de quatre heures entre les repas. Prendre des légumes le soir, un ou deux fruits ou un jus naturel sans sucre. En plus, la marche est indispensable pour les malades autorisés à jeûner. N’oublions pas que la sédentarité est l’un des facteurs de risque de la maladie. Après le Ftour, on doit faire une marche rapide.

Quelles sont les complications que peut avoir un diabétique pendant le Ramadan s’il ne contrôle pas bien sa maladie ?
Un diabétique pourrait avoir une augmentation de la pression artérielle, une augmentation importante du cholestérol et des triglycérides, des crises de goutte pour les malades ayant une augmentation de l’acide urique dans le sang (hyperuricémie) ou le syndrome métabolique, des crises de reins (en cas de calculs rénaux), des crises digestives (en cas d’ulcère, des maladies du foie et de la vésicule biliaire). Le diabétique peut aussi avoir une rétinopathie, une néphropathie évolutive, des maladies cardio-vasculaires. C’est le médecin traitant qui juge, selon l’état de santé du diabétique, de la capacité du malade de jeûner ou non.

Les diabétiques doivent-ils faire des bilans pendant le Ramadan ?
Malheureusement, un grand nombre de diabétiques ne fait ni contrôle ni bilan pendant le mois sacré, de peur de rompre le jeûne. Au contraire, tous les bilans, les examens radiologiques et endoscopiques sont permis et n’ont aucun effet négatif sur le jeûne. Les diabétiques autorisés à jeûner doivent faire des tests au doigt, matin et soir, pour évaluer le taux de sucre dans le sang.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *