Essaouira : Des goûts et des saveurs

Les journées «goûts et saveurs» d’Essaouira, organisées les 10 et 11 mai, ont attiré un nombre important de visiteurs, locaux, nationaux et étrangers, qui sont venus découvrir et apprécier la diversité et la richesse des produits de terroir dont regorge la province. Organisée par la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) avec le soutien de partenaires locaux, dont le conseil provincial du tourisme (CPT), cette manifestation a été marquée par des expositions, des démonstrations, un concours culinaire et des dégustations de différents produits. La cérémonie inaugurale s’est déroulée en présence notamment d’André Azoulay, président fondateur de l’Association «Essaouira-Mogador» et Abdeslem Bikrat, gouverneur de la province d’Essaouira. L’objectif de cette initiative, qui a coïncidé avec la 8ème édition du festival des Alizés, est de sensibiliser le grand public au goût et lui permettre de distinguer les saveurs et de faire découvrir des produits de qualité, leurs spécificités et un savoir-faire centenaire.
L’arrière-pays de la Cité des Alizés est en effet connu par sa forêt d’arganier qui s’étend sur une superficie de 136.000 ha, son troupeau caprin de caractéristiques diététiques et gustatives exceptionnelles, ses potentialités mellifères et son huile d’olive de renommée nationale, ce qui fait d’elle un berceau de produits de terroir. Selon des estimations de la DPA, l’arganier, connu au niveau international pour ses nombreuses vertus, contribue à hauteur de 25 à 40% dans la formation du revenu agraire au niveau de la province d’Essaouira. L’exploitation de cette ressource est traditionnellement dévolue aux femmes en tant qu’activité complémentaire à l’agriculture. Pour ce qui est de la production du miel, elle est de l’ordre de 60 à 260 tonnes par an selon les campagnes. Certaines zones de la province sont réputées depuis longtemps pour leurs traditions apicoles et la qualité de leur produit, ce qui incite de nombreux apiculteurs de différentes régions du Royaume à faire la transhumance de leurs ruches vers ces zones. L’élevage caprin occupe à son tour une place importante, sachant que le nombre de caprins concernés par l’arganeraie est estimé à 1,2 million de têtes, dont 70% dans les provinces d’Essaouira et Taroudant. Au niveau national, le nombre de caprins s’élève à 5,3 millions de têtes (enquête élevage 2005). Quant à l’olivier, la superficie des plantations est de 15.000 ha, soit 60% des plantations arboricoles fruitières dans la province. La variété dominante est la picholine marocaine avec 97,5%.
D’une importance socio-économique non négligeable, ce secteur offre 700.000 journées de travail, soit 2.300 emplois permanents, selon la DPR qui a procédé durant la campagne 2007-2008 à la distribution de 50.000 plants d’oliviers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *