Essaouira : Les Regragas entament leur tournée printanière

Le moussem annuel des chorfas regraguiyines, tournée printanière qui dure 38 jours et comprend 44 étapes, a débuté officiellement vendredi  dernier à la zaouia de Sidi Ali Ben Bouali, en présence du gouverneur de la province d’Essaouira, Abdeslem Bekrat. Cette tournée qui concerne le territoire des Chiadma (au nord d’Essaouira) s’achève fin avril à Sidi Messaoud Boutritiche, dans la commune de Had Dra, non loin de la cité des Alizés. L’organisation de cette grande manifestation annuelle religieuse, culturelle, économique et touristique coïncide avec l’avènement de la saison du printemps. Ce moussem attire de nombreux visiteurs venus de plusieurs régions du Maroc. Selon certains chercheurs, «les Regragas transportent et distribuent là où ils passent la baraka» de leurs ancêtres pratiquant une sorte de caprification de la terre et de l’océan. En échange, ils reçoivent des dons en espèces et en nature des paysans des tribus Chiadma. Cette tournée, exceptionnelle et unique au Maroc, comprend essentiellement deux étapes: la première se déroule dans la plaine côtière des chiadma et la deuxième a lieu à l’est de Jbel Lahdid. A l’occasion de chaque étape, une fête foraine et un souk s’installent près des sanctuaires visités par les Regragas. Le daour des Regragas, qui feront leur entrée à la ville d’Essaouira début avril, dessine sur le territoire des Chiadma deux grandes boucles équivalentes de 19 jours chacune. Lors de ce pèlerinage assez particulier, les chorfas visitent 44 sanctuaires, parmi lesquels figurent essentiellement les sanctuaires des sept saints présentés comme leurs ancêtres et qui, selon certains récits, «ont été reçus à La Mecque par le prophète Sidna Mohammed qui les a chargés de la mission d’islamiser les berbères qui habitaient la région actuelle des Chiadma». «Revenus chez eux, ils ont effectué une tournée dans le pays Chiadma, comme ils le font aujourd’hui, pour y étendre l’islamisation et vérifier qu’elle tenait bien», écrit à ce propos George Lapassade dans son ouvrage «Regard sur Essaouira». Lors de la cérémonie de lancement officiel de ce moussem, les membres de la délégation officielle se sont rendus d’abord à la zaouia de Ben Hmida où ils ont accompli la prière du vendredi et ensuite à la zaouia de Sidi Ali Ben Bouali. Cette dernière accueille vendredi la deuxième étape de la tournée (Daour) qui a débuté la veille au village d’Akermoud. Ils ont également visité le mausolée Sidi Ben Bouali où ils ont assisté à la traditionnelle immolation de deux taureaux en présence d’une foule nombreuse de «pèlerins».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *