Fès en passe de devenir la 2ème destination culturelle internationale du Maroc

Fès en passe de devenir la 2ème destination culturelle internationale du Maroc

De grands projets, mobilisant des investissements de près de 8 milliards de DH, doivent voir le jour prochainement à Fès pour diversifier l’offre touristique de la ville et en faire la deuxième destination culturelle internationale du Maroc, après Marrakech.

Ce sont 29 projets au total qui ont été arrêtés dans le cadre d’un contrat-programme signé en mars dernier, et qui vont offrir une capacité litière additionnelle de 13.000 lits, permettant ainsi à Fès d’accueillir 1,1 million de touristes à l’horizon 2020 et d’engranger des recettes touristiques de l’ordre de 11,7 milliards de DH.

Sur le plan social, l’apport de ces chantiers est indéniable avec la création prévue de plus de 45.000 emplois additionnels, passant de 32.800 actuellement à plus de 78.000 à l’horizon 2020.

Ce contrat-programme, une sorte de feuille de route pour le développement touristique, va capitaliser sur le patrimoine culturel, historique et civilisationnel exceptionnel de la ville de Fès.

Le positionnement de la région sera désormais articulé principalement autour de la culture d’expérience et du patrimoine matériel, notamment à travers un programme visant à valoriser l’identité culturelle, à encourager le tourisme spirituel et des festivals et à mettre en place de produits touristiques cohérents et attractifs.

Selon le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, il s’agit de créer une offre d’animation riche et complémentaire et d’infrastructures permettant d’accueillir de grands événements internationaux et de créer des synergies avec les segments sport et bien-être, animation et culture.

Ces projets seront mis en œuvre dans les différentes préfectures et provinces de la région, dont 12 à Fès, 11 à Sefrou et 4 à Moulay Yacoub, et vont cibler des créneaux comme la valorisation du patrimoine et l’héritage, l’animation, les sports, les loisirs et l’environnement.

Il s’agit en particulier de la réalisation d’un centre d’interprétation du patrimoine de la médina de Fès, d’un musée ethnographique à Sefrou, l’aménagement d’un parcours de spiritualité et la restauration des Medersa et Foundouk.

Trois grands projets sont prévus, en l’occurrence le développement d’activités de bien-être dans la médina (50 MDH), le réaménagement et l’enrichissement de la station thermale de Moulay Yacoub (500 MDH) et la valorisation du centre thermal Ain Allah (44,11 MDH).

Le secteur privé s’est engagé aussi à réaliser des structures d’hébergement écotouristique à Boulemane (72,8 MDH), la mise en place de gîte d’étape(1,3 MDH), de refuge (1,2 MDH) et de maison d’hôte (1,5 MDH) au corridor Aouglit-Bouiblane, la mise en valeur des produits de terroir de la province de Sefrou (2,5 MDH) et la mise en place de boutiques d’exposition (1,6 MDh) et de kiosques d’orientation éco-touristiques (1,2 MDH), toujours dans ce corridor à grand potentiel naturel et touristique.

Pour accompagner la mise en œuvre de cette stratégie et accompagner les objectifs en termes d’arrivées à l’horizon 2020, la desserte aérienne sera renforcée pour atteindre 231 fréquences hebdomadaires.

L’ancienne médina de Fès occupe une place de choix dans le dispositif de concrétisation de ce programme étant donné sa forte charge historique et culturelle.

Et pour renforcer son attractivité auprès des touristes étrangers notamment, la médina a été équipée d’une série de panneaux de signalétique touristique directionnelle, informative et d’interprétation, un projet structurant financé par le Millenium challenge corporation (MCC).

Pour les responsables du ministère de l’Artisanat, cette signalisation a pour objectif principal de soutenir l’activité touristique locale axée sur le segment culturel et de mettre en valeur les différentes facettes du patrimoine de la ville.

Outre le contrat-programme et les circuits touristiques, le secteur du tourisme devra engranger les dividendes du Label national de l’artisanat, destiné à promouvoir la qualité et l’excellence dans ce secteur.

Ce projet, qui fait partie d’un vaste programme financé par le MCC, est considéré comme un pilier essentiel du chantier de développement de la compétitivité du secteur et de pérennisation de sa productivité.

La concrétisation dans les délais de l’ensemble de ces projets structurants est à même de donner un coup d’accélérateur à ce secteur qui façonne l’activité économique à Fès et y fait vivre des milliers de personnes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *